19 JUILLET 2017

La démission du chef d’état-major des armées Pierre de Villiers est la conséquence d’engagements non tenus envers nos armées et d’une forme d’humiliation de l’institution militaire qui traduit une fébrilité au plus haut sommet de l’Etat. Cette démission constitue une décision grave, sans précédent, qui doit être considérée comme un signal d’alarme inédit alors que nos armées, en état de stress financier depuis plusieurs années, sont engagées sur plusieurs théâtres d’opérations et que la menace terroriste reste particulièrement élevée.

Le Général Pierre de Villiers agit en homme d’honneur face à un Président de la République qui, par ses décisions budgétaires, affaiblit l’Etat dans sa capacité à conduire ses missions régaliennes. La décision d’Emmanuel Macron et de Bercy de faire peser la majeure partie des coupes budgétaires sur la Défense, à hauteur de 850 millions d’euros, est incohérente alors que les moyens en matériels sont cruellement insuffisants. Les conditions dangereuses et délicates dans lesquelles nos soldats sont engagés, au péril de leur vie, dans le cadre de nombreuses opérations extérieures, exigent que les engagements politiques pris à leur égard soient tenus.

D’un point de vue institutionnel, le chef de l’Etat a méconnu le principe de séparation des pouvoirs en rappelant à l’ordre publiquement le général de Villiers devant la communauté militaire, nationale et internationale pour des propos tenus à huis-clos devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale. Nous ne pouvons que saluer la loyauté du chef d’état-major des armées envers la représentation nationale pour l’informer de la situation humaine, morale et matérielle dans laquelle se trouvent nos forces armées. En effet, constitutionnellement, il revient au Parlement de voter les crédits militaires en adéquation avec les besoins de la Nation et d’en contrôler l’usage. Nous ne pouvons donc que nous inquiéter de la réaction du Président de la République suite à ce huis-clos dont le contenu est par définition secret. La tentation de chef de l’Etat de s’affranchir de cette règle fondamentale pose une question institutionnelle lourde.

Au nom des Républicains, je rends hommage à ce grand soldat qui a dévoué sa vie à notre pays et qui l’aura servi jusqu’au bout avec dignité et courage. Nous pouvons saluer l’engagement sans faille du Général Pierre de Villiers au service de la France et d’une certaine idée de l’armée française.

Bernard ACCOYER
Secrétaire général Les Républicains

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s