Vous l’avez bien compris : le laxisme du gouvernement face au défi migratoire ne fait plus de doute.

Après avoir augmenté de 13% l’Aide médicale d’État et baissé de 7% les crédits de la lutte contre l’immigration illégale dans la Loi de Finances 2018, il présente aujourd’hui un projet de loi “Asile et immigration” qui n’est qu’une suite de petits ajustements technocratiques.

Le projet ne comprend en l’état aucune mesure pour dissuader les clandestins de détourner le droit d’asile alors qu’ils sont des migrants économiques.

Aucune mesure ne traduisant une quelconque volonté de baisser l’immigration alors qu’elle a atteint en 2017 un niveau record depuis 43 ans.

Aucune mesure pour rendre effectives les reconduites à la frontière alors que 4% seulement des déboutés du droit d’asile sont effectivement expulsés.

Notre inquiétude est grande. Car, en l’état, ce texte conduira inéluctablement à accélérer les phénomènes migratoires sur notre territoire. C’est au mieux un coup d’épée dans l’eau, au pire un écran de fumée destiné à donner le change aux Français en attente de mesures fortes sur le sujet.

Comme vous, nous ne pouvons pas nous en satisfaire. Nous réaffirmons 3 principes :

  •
pas de nouvel appel d’air susceptible d’augmenter encore l’immigration
  •
expulsion des déboutés du droit d’asile et des clandestins
  •
liberté pour la France de choisir qui elle accueille sur son territoire

Pour répondre concrètement aux enjeux de l’asile et de l’immigration, nous demandons au gouvernement d’intégrer à son texte et de mettre en œuvre d’urgence 5 de nos propositions :

  •
le refus d’étendre la réunification familiale aux frères et sœurs des réfugiés mineurs, au-delà des ascendants directs
  •
le placement en centre de rétention administrative des demandeurs d’asile provenant de pays sûrs, le temps de la procédure accélérée,
  •
le placement en centre de rétention administrative des étrangers en situation irrégulières puis leur expulsion,
  •
le refus automatique d’accueil ou l’expulsion systématique des ressortissants étrangers ayant commis un crime ou un délit,
  •
la création d’un nouveau critère qui conditionne l’aide au développement de la France aux pays étrangers à la délivrance des laissez-passer consulaires dans les délais utiles.

S’opposer c’est proposer. Vous pouvez compter sur nous pour ne rien lâcher. Nous sommes déterminés et pleinement impliqués dans les débats à venir pour dénoncer l’insuffisance des mesures proposées et défendre notre vision de la politique d’immigration.

Associez-vous à notre action. Nous avons besoin de vous à nos côtés pour faire entendre votre voix.

Merci de votre mobilisation.

Les Républicains

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s