Si le candidat Macron promettait dans son programme électoral de faire des économies et de “soutenir le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires et des plus modestes”, le Président a déjà instauré 8 nouveaux impôts et taxes !

Les dépenses de l’État sont en hausse de 7,3 milliards d’euros en 2018. Seulement 1 600 postes supprimés dans la fonction publique sur les 120 000 annoncés… à ce rythme, il faudra 75 ans pour atteindre l’objectif fixé !

Faute de lutter contre le gaspillage de l’argent public, le gouvernement va donc chercher l’argent dans les poches des contribuables : les prélèvements obligatoires sur les ménages augmentent de 4,5 milliards d’euros en 2018.

Ce sont toujours les mêmes qui paient l’addition : les classes moyennes, les retraités, les familles, les habitants des zones rurales !

Hausse de la CSG, des taxes sur l’essence, le gasoil, le tabac, le fioul, le gaz… Ce choc fiscal de 4,5 milliards d’euros, malgré la baisse de la taxe d’habitation, c’est autant de pouvoir d’achat perdu par les Français.

Les faits ont la tête dure. La question du pouvoir d’achat des Français sera à Emmanuel Macron ce que celle du chômage aura été à François Hollande.

Nous lançons aujourd’hui une large offensive pour dénoncer le matraquage fiscal dont les Français sont les victimes.

Soyez à nos côtés, nous avons besoin de vous pour porter haut et fort cette réalité : Non, Monsieur le président, le compte n’y est pas, loin de là !

Merci de votre soutien, nous en avons besoin pour faire entendre notre voix !

Les Républicains

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s