La barbarie islamiste a frappé à nouveau sur le sol de France. Mes pensées vont aux familles de ces nouvelles victimes. Je veux aussi rendre hommage au lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, un héros français. Il a donné sa vie pour en sauver d’autres. Son sacrifice ne peut pas rester vain et nous oblige à un discours de vérité.

Car les Français peuvent légitimement être en colère. Encore une fois le terroriste était évidemment fiché S, encore une fois il avait été condamné pour des délits et faiblement sanctionné, encore une fois il venait de l’un de ces quartiers où ne règne plus l’autorité de la République. Et rien ne change et nous avons toujours au plus haut sommet de l’Etat les mêmes paroles creuses et l’absence d’action.

Face à l’islamisme il ne peut pas y avoir d’un côté le courage, le dévouement, le sens du devoir et l’esprit de sacrifice de nos forces de l’ordre, et de l’autre côté l’aveuglement et l’irresponsabilité politique à la tête de l’Etat depuis beaucoup trop d’années.

L’islamisme a déclaré la guerre à la France. Nous faisons face aujourd’hui à un ennemi intérieur : il y a ceux, étrangers, que nous avons accueillis avec beaucoup trop de naïveté sur le sol français, certains à qui nous avons même accordé notre nationalité ; mais il y a aussi ceux qui ont grandi parmi nous, dans nos écoles, dont les familles ont bénéficié du généreux système social de notre pays, et qui se retournent aujourd’hui contre la France.

Cette guerre contre Daesh, contrairement à ce que Emmanuel Macron a osé dire, nous ne l’avons pas gagnée. Et nous ne la gagnerons pas si nous n’utilisons pas toutes les armes. Sans avoir la main qui tremble. Il n’y a plus de place pour la candeur. Nous ne vaincrons pas cet ennemi à coups de « padamalgame », par de beaux discours et des gestes symboliques.

Emmanuel Macron s’est opposé à la mise en place de la déchéance de nationalité, il a mis fin à l’Etat d’urgence, il a laissé son ministre de l’intérieur il y a à peine quelques mois expliquer que le niveau de la menace terroriste avait baissé, il ne lutte pas contre le communautarisme qui ronge notre pays.

Emmanuel Macron se trompe tragiquement de diagnostic sur la barbarie islamiste lorsque, pour l’expliquer, il met en avant le chômage ou les discriminations. Ces propos sont non seulement insupportables mais ils sont surtout irresponsables parce qu’ils aboutissent à mettre en avant l’excuse sociale au lieu de prendre les mesures sécuritaires qui s’imposent. Rien n’excuse que l’on tourne les armes contre la France.

Je suis conscient de la gravité des choix qui s’imposent, mais il en va de la survie de notre pays. La contagion islamiste doit être éradiquée.

Je demande que l’on s’en donne les moyens et que l’état d’urgence soit rétabli.

Je demande que l’on ne se contente plus de suivre les islamistes radicalisés en attendant qu’ils passent à l’acte. Il faut les mettre hors d’état de nuire avant qu’ils ne fassent couler le sang d’ innocents. Il faut interner les plus dangereux, comme je le demande inlassablement depuis 3 ans, et il faut expulser immédiatement ceux qui ne sont pas Français.

De nombreux individus de nationalité étrangère et proches des mouvances islamistes continuent à résider sur notre territoire. Il faut le dire clairement : nous ne voulons pas d’eux sur notre sol. C’est aussi simple que ça. L’incitation à la haine de la France, qu’il y ait ou non passage à l’acte, doit conduire à l’expulsion immédiate des étrangers.

Quant à ceux qui sont partis pour le djihad, Christophe Castaner, délégué général d’En marche, a proposé encore ce week-end de les laisser revenir en France. Combien faut-il de morts pour qu’ils ouvrent enfin les yeux ? Quand on part pour le djihad, on trahit la France, leur place n’est plus dans notre pays. C’est aux autorités syriennes et irakiennes de s’occuper d’eux et peu m’importe leur sort.

Certains semblent encore aujourd’hui plus préoccupés des droits et libertés de meurtriers en puissance que de la protection des Français. Nous avons déjà perdu trop de temps, et nos compatriotes en ont suffisamment payé le prix.

L’aveuglement politique n’a que trop duré. Les demi-mesures, le en même temps ne sont plus acceptables, les Français veulent des actes et des actes forts.

Je demande solennellement à Emmanuel Macron de sortir de sa coupable naïveté et d’avoir enfin le courage de prendre les mesures qui s’imposent pour protéger les Français.

Allocution du Président des Républicains Laurent Wauquiez à la suite des attaques djihadistes perpétrées vendredi 23 mars 2018 dans l’Aude.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s