Les derniers chiffres publiés indiquent que Pôle Emploi comptait 6.600.000 d’inscrits à la fin mars
2018, dont 3.700.000 chômeurs immédiatement disponibles. (Dares Indicateurs – 24 avril 2018)
La croissance de la population active (phénomène démographique et lié au recul de l’âge du départ
en retraite) a été à peine compensée par la création de nouveaux emplois. Conséquence : le
nombre des chômeurs stagne à un niveau beaucoup trop élevé.
Aujourd’hui, un Français sur 10 se retrouve inscrit à Pôle emploi. Ce chiffre ne prend pas en compte
tous ceux qui, tout en recherchant un emploi, ne s’y inscrivent pas, comme les jeunes en fin d’études
qui n’y trouvent pas de services. 2.700.000 de chômeurs bénéficient de l’assurance chômage (ARE,
ARE Formation ou CSP) et des centaines de milliers d’autres de l’allocation de solidarité spécifique
(ASS). Le projet de loi, «avenir professionnel» en cours d’examen, devrait permettre à l’État de
remettre en cause le niveau d’indemnisation chômage à partir de 2019, sans accord des partenaires
sociaux. Le chômage pose des problèmes à deux niveaux : des difficultés personnelles pour
beaucoup de gens et de nombreuses familles avec, à la clé, la baisse du pouvoir d’achat et ses
conséquences, voire le basculement dans une réelle pauvreté ; un problème collectif d’équilibre
budgétaire, il n’y a pas assez de recettes d’imposition faute de revenus de millions de Français et
il y a un système d’indemnisation en déficit de plus de 3 milliards par an.
Le Mouvement initiative et Liberté (MIL) dénonce les discours de Macron, et du
gouvernement, sur les questions du chômage et de l’emploi. Ils comportent une violente attaque
contre les chômeurs, la suspicion à la fraude est érigée en réponse au chômage. Les fraudeurs
existent et doivent être punis, mais ils se situent sur une petite marge. Depuis un an, on assiste de
la part du ministère du Travail à des manœuvres destinées à manipuler les chiffres, dont notamment
la non-publication mensuelle du nombre des inscrits à Pôle Emploi. De même le taux de chômage
de l’Insee, issu d’une enquête très partielle, est préféré à la donnée précise et effective du nombre
d’inscrits à Pôle Emploi.
Le Mouvement initiative et Liberté (MIL) ne constate pas d’amélioration de la situation
du chômage avec la politique menée depuis un an par Macron : les différentes mesures prises dont
la loi «travail» n’ont pas apporté d’amélioration de la situation. Les créations de nouveaux emplois
sont liées essentiellement à un contexte international favorable. Nos voisins ont de bien meilleures
situations économiques et le niveau de l’emploi y est bien inférieur. Le taux de croissance a
augmenté sur l’année, mais insuffisamment pour changer les choses.
Le Mouvement initiative et Liberté (MIL) considère que le chômage de masse demeure
à un niveau inacceptable pour la France et souhaite une autre politique. Dans cette nouvelle
politique, l’impact de chaque mesure sur la situation de l’emploi devra être pris en compte de
manière transversale. Tous les leviers à la création de nouveaux emplois par les particuliers, les
indépendants, les TPE, les PME, comme les grandes entreprises, devront être activés. La priorité de cette politique devra être le plein emploi.
Communication du MIL, 15 mai 2018

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s