Chers amis,

Aujourd’hui, c’est de l’Europe dont je veux vous parler, avec la clarté qu’imposent les sujets difficiles.

L’Europe traverse une des crises les plus profondes de son histoire et les faux semblants ne sont plus de mise.

Le paradoxe est terrible : face à une pression migratoire sans précédent, face au terrorisme islamiste, face à la concurrence des Etats Unis et de la Chine, nous n’avons jamais eu autant besoin de l’Europe et jamais l’Europe n’a été autant défaillante, incapable d’apporter des réponses efficaces.

Nous devons à tout pris sortir de cette crise. Il s’agit d’une question de vie ou de mort pour l’Europe : soit elle protégera, soit elle disparaîtra. Les élections européennes approches : elles auront lieu en mai prochain. C’est le moment ou jamais d’agir et de proposer un sursaut européen.

Parce que nous croyons en l’Europe, nous allons la sauver.

Nous aimons l’Europe ! Parce que nous l’aimons, parce que nous y croyons, parce que nous en avons besoin, nous devons regarder avec lucidité ses défaillances actuelles pour enfin avoir le courage d’y remédier.

Vous en conviendrez, il y a deux impasses qui sont aussi néfastes l’une que l’autre et conduisent inéluctablement à l’échec.

La première est celle des extrêmes qui consiste à prôner la sortie de l’Europe, l’abandon de l’euro, à choisir finalement l’isolement de la France. Ce projet-là est catastrophique, et pour la France et pour l’Europe.

La seconde consiste à tenir les mêmes discours qu’il y a trente ans, faits d’envolées lyriques, de mots creux, d’utopies fédéralistes et technocratiques. Elle propose toujours plus de ce qui ne marche pas : toujours plus de normes, de taxes et d’élargissement. C’est la voie proposée par Emmanuel Macron, de plus en plus coupé des réalités. C’est précisément cette voie qui a amené l’Europe là où elle est aujourd’hui : dans le mur.

J’ai la profonde conviction, et vous la partagerez j’en suis certain, que face à ces deux dangers, nous pouvons porter ensemble le projet d’une Europe réaliste, capable d’assumer à la fois sa mission de protection et d’être à l’offensive.

Ce projet, c’est le notre, celui des Républicains, celui d’une nouvelle droite unie et rassemblée sur l’Europe, n’en déplaise à ceux qui voudraient nous voir nous opposer au sein même de notre famille politique. Soyez-en assuré, nous sommes tous d’accord sur l’essentiel. Notre détermination pour dénoncer avec responsabilité les impasses de l’Europe est sans faille. Notre volonté de sauver l’Europe est inébranlable.

Parce que nous voulons sauver l’Europe, nous voulons la refonder.

Nous devons entendre les inquiétudes légitimes des peuples européens et répondre à un triple défi, migratoire, économique et civilisationnel.

Il faut d’abord rependre le contrôle des frontières. La crise migratoire que nous subissons est le révélateur de l’incapacité européenne actuelle à protéger. Or, la première mission de l’Europe est d’assurer la protection de ses peuples.

Concrètement, nous voulons que soit mise en place une force navale européenne pour contrôler la Méditerranée et reconduire systématiquement dans leurs ports de départ les embarcations de migrants. C’est le seul moyen d’éviter les catastrophes en mer et de neutraliser les filières mafieuses d’immigration clandestine.

Contrairement à ce que propose Emmanuel Macron, les demandes d’asile doivent être traitées en amont, en dehors de l’espace européen. Et il nous faut conditionner l’aide publique au développement à la coopération dans la lutte contre l’immigration illégale et au retour des sans-papiers dans leur pays d’origine : comment expliquer que la France ait accordé 350 millions d’euro d’aide au Mali alors qu’il n’a accepté de reprendre que 13 sans-papiers ? Pour nous, la réduction de l’immigration est un impératif. Toute autre politique que celle de la fermeté est une fausse générosité.

Il faut ensuite défendre notre économie, nos entreprises, nos emplois. La préférence communautaire était l’une des pierre angulaires de la construction européenne : nous devons la restaurer.

Défendons nos intérêts dans la compétition mondiale, exigeons la réciprocité dans notre politique commerciale, refusons les concurrences déloyales. L’Europe que nous voulons doit être prête à défendre son espace économique et une vraie stratégie industrielle. Oui à une Europe du concret, avec de vrais projets, tels Erasmus et Airbus, une Europe de la recherche contre la maladie d’Alzheimer, une Europe des grandes infrastructures. Non à l’Europe de la surenchère des normes et des taxes !

Il faut enfin faire vivre à nouveau notre identité culturelle. L’Europe d’aujourd’hui est en train de perdre le sens de son identité culturelle. Il est temps que cela cesse.

Nous avons construit l’Europe pour porter une voix singulière, celle d’une civilisation qui plonge ses racines dans l’héritage judéo-chrétien, de la Renaissance et des Lumières. Nous devons en être fiers et la réaffirmer car elle a encore tant de choses à dire au monde.

Voilà l’Europe que nous voulons, voilà l’Europe pour laquelle je vous propose de vous battre à nos côtés : une Europe qui protège nos frontières, nos entreprises, notre civilisation commune.

Chers ami, dans la bataille électorale des Européennes de mai prochain, nous avons une mission capitale : refonder l’Europe pour la sauver. Cette mission, seule notre famille politique est capable de l’assumer.

C’est le projet des Républicains, le projet que nous porterons ensemble car je sais que vous répondrez à mon appel pour une refondation de l’Europe.

Croyez-le bien, cette bataille ne va pas être facile et il nous faut le soutien de chacun pour la gagner. Votre place est à nos côtés. Sans vous, nous ne pouvons rien.

Bien fidèlement,

Laurent Wauquiez, Président des Républicains

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s