«Présente sur les cinq continents, la langue française a toutes les caractéristiques d’une langue mondiale» souligne le nouveau rapport de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Elle est la langue officielle de 32 États, ainsi qu’une langue de travail dans la plupart des organisations internationales. 

La langue française se porte bien au niveau international et elle poursuit sa diffusion. Elle serait la cinquième langue la plus parlée avec 300 millions de locuteurs, après le chinois, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Cette augmentation provient surtout de la croissance démographique des pays où l’on parle français. 

Le XVIIe sommet de la Francophonie vient d’avoir lieu à Erevan, en Arménie. Les 54 chefs d’État et de gouvernement ont désigné, par consensus, leur nouvelle secrétaire générale, la ministre rwandaise des Affaires étrangères. Il s’agit d’une personnalité fortement controversée en raison de son engagement en faveur de la langue anglaise au Rwanda et de la nature très peu démocratique du régime au pouvoir dans ce pays. 

Macron a apporté son entier soutien à cette candidate pour des raisons diplomatiques à plusieurs niveaux. Il apparaît qu’il a fait une erreur stratégique grave pour la France et pour la francophonie. 

Par ailleurs, le discours prononcé par Macron, à Erevan, a été marqué par la profonde confusion dont il est coutumier. Il a ainsi affirmé : 

« La francophonie doit être le lieu du ressaisissement contemporain » (…) 
« Cette langue qui en a conjugué tant d’autres ne va pas répéter des mots devenus parfois creux, mais elle doit être la langue du refus de ce qui se passe » (…) 
« La francophonie doit être féministe » (…) 
« Unie, notre famille ne l’est pas seulement par la langue, mais aussi par une certaine vision du monde. » 

Chacun jugera de la portée internationale de ces envolées lyriques de l’acteur Macron et des effets qu’elle peut produire parmi nos partenaires.

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) est profondément attaché à la défense de la langue française qui est l’un des premiers éléments de notre patrimoine national. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) apporte tout son soutien au rayonnement et à la diffusion de notre langue dans le monde. Ce rayonnement passe par une politique nationale en faveur de l’apprentissage (lycées français à l’étranger ou accueil d’étudiants étrangers en France, par exemple) et de l’usage de la langue française en France comme à l’étranger par tous les moyens de communication. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) condamne la diminution progressive des moyens nécessaires à la diffusion de notre langue à l’étranger (Annulation de 60 millions d’euros du programme «Diplomatie culturelle et d’influence», baisse de 11% des subventions des Alliances françaises, réduction budgétaire des établissements d’enseignement du français à l’étranger.). Il faut une reprise active de la politique française en faveur de la langue française. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) apporte tout son soutien à la vie et l’animation de la communauté francophone. Cette communauté est le fruit de la proximité (Belgique et Suisse) ou de l’histoire (État américain de Louisiane ou Québec) comme l’une des conséquences positives de la période coloniale. La langue française est la clé des relations culturelles et scientifiques avec de nombreux pays à travers le monde et, tout particulièrement, avec de nombreux pays africains. Les auteurs, créateurs, chercheurs de ces pays, qui partagent notre langue, sont une richesse unique pour toute la communauté francophone. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) note également l’existence de populations francophiles dans divers pays et s’en félicite. Le français serait la deuxième langue étrangère la plus apprise dans le premier cycle de l’enseignement secondaire dans l’Union européenne ; 26% des élèves apprennent le français.

 Mais le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) estime que la participation de certains pays à la francophonie n’a pas de raison d’être. La récente candidature de l’Arabie saoudite à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) illustre cette dérive. Contestée au sujet des droits de l’homme, elle a finalement retiré sa demande d’adhésion. L’OIF n’a pas vocation à s’élargir sans fin, comme cela a déjà été engagé : ainsi le Qatar est un membre associé. L’Ukraine, les Émirats arabes unis sont des pays observateurs… 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) reste donc profondément critique sur la gestion de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Il y règne, en effet, un mélange des genres malheureux. Dans cette instance se mêlent des considérations : 
-géopolitiques (sphères régionales d’influence en Afrique), 
-politiques (droits de l’homme et droits des femmes), 
-commerciales (obtention de marchés), etc. 
L’OIF s’éloigne totalement de la défense de la langue française dont c’est l’objet initial. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) juge que la francophonie doit être recentrée sur les véritables enjeux de la langue française : son vocabulaire (à faire vivre), la diffusion de la langue (médias, internet, réseaux sociaux, etc.), la promotion de son usage (outils techniques et numériques) et de ses œuvres (livres, chansons, films, etc.), en partage entre tous les pays dont elle est la langue.

Le MIL, communication du 15 octobre 2018


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s