Le discours de Macron sur l’Europe évolue à l’approche de l’élection européenne. Il s’oriente vers une dramatisation factice pour mobiliser l’opinion publique en sa faveur. 

Le contexte politique dans les États membre de l’Union européenne n’apparaît pas favorable à son projet fédéraliste de renforcement de la tutelle de l’Union sur les Nations : coalition italienne, affirmation de pays de l’Est européen, instabilité de la coalition au pouvoir en Allemagne. 

Macron semble avoir perdu la possibilité de faire passer son projet de gouvernement économique de la zone euro. Il a échoué à imposer certaines de ses idées comme le contrôle des travailleurs détachés ou le glyphosate. Il recule sur plusieurs fronts comme celui de la répartition par quotas par pays de l’accueil des migrants. 

Son projet initial, et lyrique, est mis en échec, alors il change de discours pour nous imposer l’idée que c’est lui ou le chaos. La dramatisation peut convaincre des électeurs apeurés, mais son argumentation est primaire et inexacte. Il affirme ainsi : «Je suis frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l’entre-deux-guerres». 

Sans être un historien pointu, le parallèle avec les «années 30» laisse rêveur. Il n’y a aujourd’hui ni régime autoritaire, ni programme de réarmement, ni revendication territoriale, et une acceptation générale des institutions internationales. Les pays membres de l’Union ont des gouvernements de droite ou de gauche, ils sont justes plus ou moins critiques sur la commission de Bruxelles et certains désirent s’en émanciper. 

Compte tenu des élections récentes dans les pays membres, il paraît que l’on se dirige pour l’assemblée européenne de 2019 vers un multipartisme, suite à une longue période de bipartisme (entre centre droit et socialiste) qui dominait le fonctionnement des institutions. Les forces politiques présentes à l’Assemblée européenne vont s’émietter entre extrême-droite, souverainistes, droites eurosceptiques et/ou fédéralistes, démocrates et libéraux, sociaux-démocrates, socialistes marxistes, écologistes de toutes couleurs, communistes, et extrême gauche. Le fonctionnement de l’Union pourrait donc changer par obligation. Il semble souhaitable que les États reprennent entièrement la main à partir de 2019, en enterrant officiellement le projet d’un «État européen fédéral» au profit de collaborations à géométrie variable entre pays volontaires. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) dénonce le discours de Macron, car il invite les Français à la peur par rapport à une situation qui ne le mérite pas. Il nage dans la confusion en mélangeant les faits de l’après Première et l’après Seconde Guerre mondiale. Il attaque publiquement des dirigeants européens élus démocratiquement, en Pologne ou en Hongrie, tandis qu’il serre chaleureusement la main au dictateur turc Erdogan et d’autres dictateurs. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) condamne le discours de Macron. Il affirme que «L’Europe est face à un risque : celui de se démembrer par la lèpre nationaliste et d’être bousculée par des puissances extérieures. Et donc de perdre sa souveraineté.» Macron semble croire que l’Union européenne a, à ce jour, une souveraineté, ce qui n’est pas le cas. L’UE est un ensemble de nations, liées par des traités internationaux ; le départ de la Grande-Bretagne le prouve pleinement. 

Pour le Mouvement Initiative et Liberté (MIL), la seule question qui se pose est celle de l’indépendance de la France, dans un ensemble européen dynamique porteur de synergies.

Le Mil, communication du 5 novembre 2018

un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s