Le ministre de Rugy confirme les intentions du gouvernement : «Il faut absolument sortir de ce piège du tout voiture, tout pétrole, tout diesel dans lequel nous nous sommes enfermés si longtemps». La mise en cause explicite de l’usage même de la voiture automobile pose un problème de vie à beaucoup de français. Les français n’ont pas voté pour cela. 

La journée d’actions du 17 novembre, organisée sous l’étiquette des «gilets jaunes», a été une réussite incontestable de par la mobilisation populaire, la multiplicité des actions et la couverture territoriale très complète. 

Les motivations de la grande majorité des manifestants dépassent la seule question de la hausse des carburants, même si celle-ci reste symbolique avec la progression des taxes programmées pour tous le 1er janvier jusqu’à la fin du quinquennat. C’est la politique fiscale et sociale, marquée par une explosion d’impôts et de taxes et conduite par Macron, qui est visée par la contestation. Cela va de la hausse de la CSG pour les retraités à l’augmentation des tarifs des énergies. 

Les slogans de la plupart des manifestants exprimaient directement la mise en cause de Macron : «Macron démission», «Dehors Macron» «Macron, président des taxes». Macron est en première ligne sans disposer d’aucun fusible. 

Le gouvernement poursuit sa politique fiscale de hausse du prix du carburant : il affirme qu’il s’agit d’une «fiscalité écologique» alors que le produit de la taxation des carburants est affectée à moins de 20% à l’évolution des sources d’énergie. L’essentiel du produit des taxes va au financement d’autres politiques publiques et à combler les déficits. 

La communication du gouvernement tente de minorer le mouvement des «gilets jaunes» et de le discréditer. Le ministre de l’Intérieur pratique une sous-estimation numérique du nombre de participants (seulement 300.000 manifestants sur 2.100 points de rassemblement). Il met en avant les accidents divers qui se sont produits lors des rassemblements et des centaines d’interpellations. Son objectif est de dénoncer la dangerosité de ce mouvement de contestation. Cette communication est facilitée par l’absence d’une réponse provenant d’une communication propre aux «gilets jaunes». 

La journée du 17 novembre n’a été soutenue ni par les partis de gauche ni par les syndicats. Cette absence volontaire provient du fait que ces organisations de gauche sont tout à fait favorables à un haut niveau de prélèvement obligatoire, correspondant à une vision socialiste de la société. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) constate que les actions de terrain restent incontournables pour défendre des idées dans le paysage politique. Le militantisme va des réseaux sociaux aux actions dans la rue (ou sur la route) en passant par tous les moyens d’expression publique. Mais les actions sur la voie publique doivent être organisées et leur sécurité assurée dans l’intérêt de tous (présence d’un service d’ordre). Un mouvement spontané comme celui des «gilets jaunes» a donc vocation à se structurer pour s’inscrire dans la durée, d’une manière ou d’une autre, tout en conservant l’autonomie d’action sur chaque site. Le combat ne fait que commencer. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) estime que le choix des modes d’action gagnerait à évoluer. Les manifestations sur les réseaux routiers sous la forme d’opérations de ralentissement et de blocages filtrants ont permis de parvenir à un impact important ressenti, au-delà de l’écho des médias. Mais dans la durée, ils pourraient susciter, s’ils se répètent en semaine, des réactions hostiles de personne touchées dans leur quotidien par ces actions. 

La diversification des modes d’action des «gilets jaunes» semble souhaitable : sous forme de marches, de chaînes humaines, d’organisation de spectacles ou de rassemblements, dans des sites symboliques. La mobilité et la légèreté sont des conditions pour conserver le soutien effectif de l’opinion qui constitue la clé du succès. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) a appelé à manifester le 17 novembre 2018 et il souhaite continuer à apporter son soutien à la poursuite du mouvement populaire contre les taxes et les impôts. Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) se félicite, en particulier, de l’initiative qui va être menée au Sénat, par les groupe «Les Républicains» et l’«Union centriste», pour voter la suppression de la hausse de la «taxe carbone» du projet de loi de finances 2019. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) défend la position selon laquelle la baisse des impôts et taxes doit être étroitement liée à la diminution des dépenses publiques – hors secteur régalien. Cette baisse doit nécessiter une réorganisation en profondeur de l’appareil d’État et, par ailleurs, une diminution de certains types de dépenses dans un délai rapide. Enfin, la baisse ne peut plus globalement porter que sur les collectivités locales, étranglées sur le plan budgétaire, depuis plusieurs années, par Macron (ministre sous Hollande, puis depuis 2017). 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) met en garde contre la lecture marxiste de «lutte de classe» du mouvement populaire, portée par la gauche de la gauche (partis politiques et syndicats) et relayée par des journalistes. Ceux-ci voudraient analyser le mouvement populaire, contre la hausse des impôts et taxes, comme une lutte des pauvres contre les riches. Ils nient la responsabilité de la politique de Macron et ils semblent ignorer que, dans les faits, ce sont les membres des classes moyennes qui sont les plus lourdement victimes de la hausse actuelle de la fiscalité.

Le MIL, communication du 19 novembre 2018


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s