Le «Grand débat national» est achevé, sa synthèse a été présentée par le Premier ministre, les décisions de Macron sont attendues. La peur gagne le gouvernement et «en marche», car le spectacle engagé conduit bien à une impasse. Face au constat de l’impuissance politique de Macron, le rétablissement de la confiance de l’opinion n’est, et ne sera pas, au rendez-vous. Le recours aux urnes pourrait à terme s’imposer. 

Dès l’origine, le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) a formulé sa position sous le slogan : «Non à la consultation bidon de Macron» (Communication du MIL du 16 janvier 2019). Cette consultation gouvernementale aura eu comme objet d’occuper l’espace médiatique en exploitant la bonne volonté de citoyens prêts à exprimer un avis. Cette analyse s’est concrétisée, dans la pratique, durant trois mois : pas de réels débats, une tournée spectacle de Macron, une sélection des participants, une consultation de citoyens exprimant telle ou telle revendication personnelle, des positions contradictoires, une absence de cohérence, de nombreux sujets majeurs écartés ou non abordés. 

Les médias, après avoir assuré la promotion des spectacles (réunions publiques, très longs shows de Macron, cahiers de doléances et site Internet dédié) passent à la critique, suite à la restitution par le Premier ministre. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) note que le Premier ministre a évoqué quatre sujets : une baisse des impôts, une réforme institutionnelle, la «transition écologique» et la construction des réponses adaptées aux territoires avec, d’une part, des mesures immédiates et, d’autre part, l’ouverture de «chantiers». 

En dehors des graves menaces sur les institutions de la Ve République, les décisions de Macron sont encore inconnues (décentralisation, fiscalité). Mais on constate que des attentes phares des Français ont été, a priori, écartées comme notamment l’immigration, la famille, la sécurité, l’identité, la menace islamiste. Les partis politiques d’opposition, les organisations syndicales et la plupart des réseaux associatifs sont tous très inquiets. 

Il faut dire que, parallèlement, les textes de loi en cours d’examen et d’adoption poursuivent leur parcours sans prendre en compte les résultats de la pseudo consultation. Toute cette agitation gouvernementale apparaît donc objectivement du ressort de la comédie, à moins que les décisions, qui vont être annoncées, conduisent à un mélodrame quand les citoyens spectateurs vont comprendre combien ils ont été grugés. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) avait choisi de n’apporter aucune réponse à la consultation bidon de Macron. A entendre la restitution, nous avions fait le bon choix. C’est l’impuissance du gouvernement et de Macron qui apparaît criante. Le choix dans un premier temps puis l’incapacité à maîtriser la violence des casseurs de l’ultra gauche et de l’ultra droite a été révélatrice et reste présente dans les esprits. L’absence de confiance de l’opinion à l’égard de Macron s’est installée durablement ces derniers mois. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) constate que le gouvernement et «En marche» appréhendent la suite de la présentation des décisions. Les marges de manœuvre du Président sont très étroites. Aussi ils annoncent, par avance, que «Le grand débat national» ne va pas se solder par un catalogue miracle et que les mesures concrètes ne sauront satisfaire tous les Français. 

Cette peur de l’avenir proche conduit à de multiples tensions au sein du gouvernement (multiplication des déclarations contradictoires des différents ministres) et du parti (diverses initiatives internes à LREM, formation de sous-groupes, rédaction de pétitions, départs du groupe parlementaire). 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) estime que Macron se trouve engagé dans une impasse. La «restitution» prévoit que les interventions de l’État (les dépenses) devraient augmenter, tandis que les ressources (les impôts) devraient diminuer et le déficit budgétaire baisser ! Cette équation, avec un taux de croissance qui vient d’être ramené très officiellement à 1,4%, n’a pas de solution possible. Le niveau en mathématiques baisse en France, comme le prouvent les dernières études, Macron incarne bien cela ! 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) juge que le recours aux urnes, élections ou référendum, pourrait s’imposer rapidement pour sortir de la crise de confiance et l’imbroglio politique actuel. La situation politique s’aggrave et ne semble pas avoir de situation avec un président isolé et que de nombreux membres de son équipe initiale ont déjà choisi de quitter. 

Le MIL, communication du 12 avril 2019


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s