Chers amis,

J’ai souhaité vous faire partager un passage de Notre-Dame de Paris, livre X, chapitre IV, écrit par Victor Hugo, qui pour rester libre et sain, s’est obligé à l’exil pendant 29 ans.

Ne devons-nous pas oublier d’où nous venons, ce que nous sommes, ce que nous voulons être, défendre et faire prospérer nos idéaux, nos aspirations qui restent nos repères essentiels avant de prendre la décision de faire, ou de ne pas faire ? Pour nous mêmes et plus tard, pour nos enfants ?

Quelle est la vision globale, quel est le cap à prendre, et pour quel projet de société ?

Pour avoir un avenir et un futur, notre société ne doit-elle pas continuer à sauvegarder cette transmission et ce que nous pouvons donner ? Nous connaissons tous l’ancien monde et ses limites, mais le nouveau monde, celui qui vient, ne sera-t-il pas celui que nous ferons ? Alors n’avons-nous pas une immense responsabilité dans ce projet dont le chantier a commencé ?

Le Moyen-Age est riche d’expériences où la nature humaine montre parfois la bêtise de certains comportements et de décisions parfois surprenantes dans notre société. Victor Hugo avait l’écriture facile, où derrière chaque mot se profilait un message. Aussi je vous laisse juge d’interpréter ce passage selon vos convictions et vos valeurs profondes. Car derrière chaque expérience n’y-a-t-il pas un enseignement à en tirer ?

Laurent Vincent.

Notre-Dame de Paris » Qui eût pu voir Quasimodo en ce moment eût été effrayé. Indépendamment de ce qu’il avait empilé de projectiles sur la balustrade, il avait amoncelé un tas de pierres sur la plate-forme même. Dès que les moellons amassés sur le rebord extérieur furent épuisés, il prit au tas. Alors il se baissait, se relevait, se baissait et se relevait encore, avec une activité incroyable. Sa grosse tête de gnome se penchait par-dessus la balustrade, puis une pierre énorme tombait, puis une autre, puis une autre. De temps en temps il suivait une belle pierre de l’oeil, et , quand elle tuait bien, il disait : Hun !

Cependant les gueux ne se décourageaient pas. Déjà plus de vingt fois l’épaisse porte sur laquelle ils s’acharnaient avait tremblé sous la pesanteur de leur bélier de chêne multipliée par la force de cent hommes. Les panneaux craquaient, les ciselures volaient en éclats, les gonds à chaque secousse sautaient en sursaut sur leurs pitons, les airs se détraquaient, le bois tombait en poudre broyé entre les nervures de fer. Heureusement pour Quasimodo, il y avait plus de fer que de bois.

Il sentait pourtant que la grande porte chancelait. Quoiqu’il n’entendit pas, chaque coup de bélier se répercutait à la fois dans les cavernes de l’église et dans ses entrailles. Il voyait d’en haut les truands, pleins de triomphe et de rage, montrer le poing à la ténébreuse façade, et il enviait, pour l’Egyptienne et pour lui, les ailes des hiboux qui s’enfuyaient au-dessus de sa tête par volées.

Sa pluie de moellons ne suffisait pas à repousser les assaillants. En ce moment d’angoisse, il remarqua, un peu plus bas que la balustrade d’où il écrasait les argotiers, deux longues gouttières de pierre qui se dégorgeaient immédiatement au-dessus de la grande porte. L’orifice interne de ces gouttières aboutissait au pavé de la plate-forme. Une idée lui vint. Il courut chercher un fagot dans son bouge de sonneur, posa sur ce fagot force botes de lattes et force rouleaux de plomb, munitions dont il n’avait pas encore usé, et , ayant bien disposé ce bûcher devant le trou des deux gouttières, il y mit le feu avec sa lanterne…

Tout à coup, au moment où ils se groupaient pour un dernier effort autour du bélier, chacun retenant son haleine et raidissant ses muscles afin de donner toute sa force au coup décisif, un hurlement, plus épouvantable encore que celui qui avait éclaté et expiré sous le madrier, s’éleva au milieu d’eux. Ceux qui ne criaient pas, ceux qui vivaient encore, regardèrent. Deux jets de plomb fondu tombaient du haut de l’édifice au plus épais de la cohue. Cette mer d’hommes venait de s’affaisser sous le métal bouillant qui avait fait, aux deux points où il tombait, deux trous noirs et fumants dans la foule, comme ferait de l’eau chaude dans la neige. On y voyait remuer des mourants à demi calcinés et mugissant de douleur. Autour de ces deux jets principaux, il y avait des gouttes de cette pluie horrible qui s’éparpillaient sur les assaillants et entraient dans les crânes comme des vrilles en flamme. C’était un feu pesant qui criblait ces misérables de mille grêlons.

la clameur fut déchirante. Ils s’enfuirent pêle-mêle, jetant le madrier sur les cadavres, les plus hardis comme les plus timides, et le Parvis fut vide une seconde fois.

Toux les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait  par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. A mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire l’autre rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elle projetaient jusque dans le ciel. Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre. La clarté inquiète de la flamme les faisaient remuer à l’oeil. Il y avaient des guivres qui avaient l’air de rire, des gargouilles qu’on croyait entendre japper, des salamandres qui soufflaient dans le feu, des tarasques qui éternuaient dans la fumée. Et parmi ces monstres ainsi réveillés de leur sommeil de pierre par cette flamme, par ce bruit, il y en avait un qui marchait et qu’on voyait de temps en temps passer sur le front ardent du bûcher comme une chauve-souris devant une chandelle.

Sans doute ce phare étrange allait éveiller au loin le bûcheron des collines de Bicêtre, épouvanté de voir chanceler sur ses bruyères l’ombre gigantesque des tours de Notre-Dame ».

le point zéro

1752823 wedding of king Henry of Navarre (future king Henri IV of France) and Marguerite of Valois in 1572, engraving (19th century); (add.info.: Mariage du roi Henri de Navarre (furtur roi de France Henri IV) et Marguerite de Valois dite reine Margot en 1572 a la cathedrale Notre Dame, la benedictoin nuptiale est donnee par le Cardinal de Bourbon, gravure (19e siecle)  --- wedding of king Henry of Navarre (future king Henri IV of France) and Marguerite of Valois in 1572, engraving (19th century)); Tallandi
mariage d’Henri de Navarre ( Henri IV ) avec Marguerite de Valois en 1572
Notre-Dame de Paris vers 1525-1530 ( pontificat romain )

 

La Descente du Saint-Esprit par Jean Fouquet vers 1450

 

Notre-Dame de Paris au XVIème siècle
Etats généraux de 1302, sacre de Napoléon, obsèques de Mitterrand... une cathédrale dans l’Histoire
Sacre de Napoléon à Notre-Dame de Paris le 18 mai 1804 par David

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s