Les jeunes du 15ème arrondissement de Marseille à la découverte de l’Europe

Le député européen Renaud Muselier a accueilli, mercredi 17 mai 2017, 24 élèves du lycée Saint-Exupéry de Marseille (15e) au Parlement européen, à Strasbourg, pour leur présenter le fonctionnement des institutions européennes.

Cette visite, organisée en collaboration avec la section marseillaise de la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), avait pour objectif de sensibiliser ces jeunes issus des quartiers défavorisés de Marseille à la citoyenneté, ses droits et ses devoirs. Le député européen a insisté sur ce point : «  La jeunesse a souvent le sentiment d’être délaissée et oubliée par les pouvoirs publics. En accueillant ces lycéens à Strasbourg, je souhaitais leur montrer que l’Europe n’est pas ce monstre institutionnel qui peut paraitre éloigné de nos préoccupations quotidiennes. Bien au contraire ! Aide à la construction d’un projet de vie pour une meilleure inclusion sociale, accompagnement pour une formation et une insertion professionnelle : l’Europe s’engage dans des actions concrètes dans notre région et dans nos villes ».

En voyage pendant deux jours à Strasbourg, cette classe de Seconde a visité le Parlement européen et rencontré Renaud Muselier qui, pendant une heure d’échanges, a expliqué les actions concrètes qui y sont menées. Enfin, ces élèves ont assisté à une séance plénière dans l’hémicycle où le nouveau secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, a prononcé un discours solennel.

Le député européen a conclu : « J’ai tout fait pour que cette visite leur donne envie, demain, de s’engager pleinement dans la vie démocratique de notre pays. Ils sont citoyens français et donc citoyens européens. Ils voteront pour la première fois en 2019, justement lors des élections européennes : je voulais leur faire comprendre à quel point cela est capital pour leur propre avenir ».

Renaud MUSELIER, député européen 22/05/2017

Législatives des 11 et 18 juin 2017

Je publie un article de mon ami Tonye Paul Francis

Les candidats aux élections législatives de la majorité pour la France, union de la droite et du centre, s’engagent à défendre résolument leurs valeurs et leur projet politique durant la campagne qui s’ouvre. Ils méritent un plébiscite.
Les 11 et 18 Juin 2017, sont des dates cruciales et unanimement, le bureau politique des Républicains a fait montre de clairvoyance et de maturité politique qu’accompagne la détermination des militants et des français.
Ce n’est un secret pour personne que, la France a plus que jamais besoin d’une majorité de droite et du centre à l’Assemblée nationale, afin de mettre en lumière leurs convictions au cours de la prochaine législature.
Les députés de la majorité de droite et du centre n’agiront pas dans un cadre géographique restreint mais, ils agiront et parlerons au nom de l’intérêt général, et donc au nom de la France toute entière.
Un vote massif pour l’union de la droite et du centre c’est remettre la France sur son piédestal.
Tonye Paul Francis, le 22/05/2017

Déclaration du Comité de Campagne

15 MAI 2017

Le comité de campagne prend acte de la nomination d’Edouard PHILIPPE comme Premier ministre et donc de sa décision de défendre à présent le projet du candidat En Marche qu’il a combattu.

Il ne s’agit en aucun cas d’une coalition gouvernementale mais bien d’une décision individuelle. Nous la regrettons.

Il appartient au nouveau Premier ministre de constituer un gouvernement provisoire, et de mener une campagne dont l’objectif sera de faire battre les 577 candidats de l’union de la Droite et du Centre rassemblés sous la bannière “Majorité pour la France”

Le gouvernement de la France de la prochaine législature sera issu du choix que feront les Français eux-mêmes les 11 et 18 juin prochains.

La campagne législative doit être la campagne de la clarté. Notre projet est clair, sur la diminution des impôts, sur l’augmentation du pouvoir d’achat, sur la restauration de l’autorité de l’Etat et sur la protection des Français. C’est le projet que porteront les candidats des Républicains et de l’UDI dans chacune des circonscriptions.

C’est dans un esprit profondément républicain et exclusivement animés par la volonté de faire réussir notre pays que nous abordons ce débat essentiel à l’avenir de la France.

Pour restaurer l’autorité de l’Etat, pour diminuer la pression fiscale et pour garantir la cohésion sociale, c’est le choix de la Majorité pour la France qui sera le meilleur pour faire réussir notre pays sous la présidence d’Emmanuel MACRON.

Un gouvernement provisoire et de confusion

17 MAI 2017

En choisissant de composer une équipe ministérielle disparate, Emmanuel Macron continue d’entretenir l’ambiguïté dans le débat démocratique.

L’objectif principal de ce gouvernement provisoire et de confusion est de brouiller les repères des Français dans la campagne des élections législatives. Le Président de la République cherche à verrouiller le débat démocratique dans une alternative inacceptable entre En Marche et les extrêmes.

Les membres de notre famille politique qui ont choisi, en nombre très réduit, de rejoindre ce gouvernement ne font plus partie des Républicains. Ils font le choix personnel de faire campagne avec le Premier Ministre en faveur des candidats d’En Marche contre nos candidats LR-UDI. Cette situation ne correspond pas à la conception qui est la nôtre de l’engagement politique.

Le pays a plus que jamais besoin de cohérence et de clarté.

C’est ce que nous voulons lui proposer autour de François Baroin avec nos partenaires de l’UDI. Nous avons un projet cohérent, avec des différences très nettes comparées à celui de ce gouvernement En Marche, nous le défendrons avec force.

Au nom de convictions fortes, j’invite nos compatriotes qui souhaitent l’alternance à se mobiliser massivement les 11 et 18 juin pour les candidats LR-UDI de la Majorité pour la France.

Bernard ACCOYER
Secrétaire général des Républicains

Renaud MUSELIER apporte son soutien aux candidats de la Droite et du Centre dans les Bouches-du-Rhône et dans les Alpes de Haute-Provence

LÉGISLATIVES : RENAUD MUSELIER APPORTE SON SOUTIEN AUX CANDIDATS DE LA DROITE ET DU CENTRE DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE ET DANS LES ALPES DE HAUTE-PROVENCE

L’heure est au rassemblement. Le député européen et Président délégué de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, s’est engagé ce vendredi 19 mai dans la campagne des élections législatives en apportant son soutien aux  élus locaux à l’heure où certains se laissent bercer par les sirènes ministérielles. L’enjeu ? Gagner le 3ème tour de l’élection présidentielle, élection déterminante pour l’avenir de la France afin de donner une majorité à la Droite et au Centre et lui permettre de redresser le pays.

D’abord en déplacement à Aubagne, pour inaugurer la 25e édition du Printemps des lycéens et des apprentis, Renaud Muselier était aux côtés de 2500 étudiants de toute la région rassemblée. Sur place, le député européen a affirmé son engagement auprès des candidats Richard Miron, adjoint au maire de Marseille et conseiller régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, de Sylvia Barthélémy, suppléante de Bruno Genzana et Présidente du Conseil de territoire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et Bernard Deflesselles, vice président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont la qualité et l’énergie dans leurs mandats locaux ne sont plus à prouver.

Objectif : gagner le 3e tour de l’élection présidentielle

Dans les Alpes-de-Haute-Provence ensuite, Renaud Muselier a rencontré Daniel Spagnou, maire de Sisteron et Président des maires des Alpes-de-Haute-Provence, avant d’assister à la remise des pavillons bleus, un label de qualité environnementale exemplaire qui valorise, chaque année, les communes et ports de plaisance qui mènent de façon permanente une politique de développement touristique durable.

Enfin, le Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’est entretenu avec Jean-Marie Bernard, Président des Hautes-Alpes. Une rencontre importante pour réaffirmer le soutien politique à ce département stratégique, grâce notamment au « plan montagne ». L’hiver, c’est la montagne qui fait vivre la région ! Un enjeu que Chantal Eymeoud a compris depuis longtemps. Maire d’Embrun et vice-présidente de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Chantal Eymeoud est « LA » candidate aux législatives qui permettra de représenter fidèlement les intérêts des Alpes à l’Assemblée nationale.

 » C’est par le terrain que nous changerons la vie de nos concitoyens « 

Chers Amis,
En 2015, j’ai souhaité me mettre au service de la nouvelle grande Région Auvergne-Rhône-Alpes pour lui donner toute la place qu’elle mérite. Cette Région, je veux en faire un modèle. Ses atouts sont innombrables. Ils sont à l’échelle des défis, et d’abord celui de l’emploi, que nous avons commencé à relever : l’engagement – tenu – de ne pas augmenter les impôts, une politique d’économies sur le train de vie de la Région inédite, la lutte contre le travail détaché, une action très forte auprès de nos agriculteurs, la préférence locale, le développement de nos entreprises ou encore la sécurité.

Lors de la campagne des élections régionales, j’ai indiqué que si j’étais élu, je resterais Président de la Région. Le respect de la parole donnée est sacré. Il est le ciment de la parole politique. La situation de notre pays commande que les femmes et les hommes qui portent des responsabilités publiques ne se défaussent pas et tiennent leurs engagements. A un moment où les lumières des palais ministériels aveuglent les élus de peu de convictions, je veux redire toute ma fidélité à la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Les sirènes parisiennes ne guideront pas mon action politique. Je reste convaincu que c’est par le terrain, ici, dans notre Région, beaucoup plus que par l’action parlementaire à Paris, que nous changerons la vie de nos concitoyens.

Il nous appartient aujourd’hui de poursuivre les grands chantiers régionaux que nous avons initiés, encore une fois, en demeurant au plus près du terrain. Je vous ai donné ma parole et je la tiendrai. Ce sont les raisons pour lesquelles j’ai choisi de conserver mon mandat de Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Depuis treize années, les électeurs de la 1re circonscription de Haute-Loire m’ont renouvelé leur confiance lors de chaque échéance électorale. Cette confiance renouvelée a été durant toute cette période le moteur de mon action et de mon engagement. J’accompagnerai Isabelle Valentin, qui a été ma suppléante pendant cinq années, pour remporter cette élection législative au nom de la Droite et du Centre. Pour l’y aider, je serai son suppléant. Nous ferons équipe ensemble et c’est ensemble que, demain, nous travaillerons sur le terrain.

Vous pouvez compter sur mon engagement total pour défendre nos valeurs.

Paquet routier : La Droite française se mobilise contre le dumping social

Communiqué de presse 

Après les réformes portuaire et ferroviaire adoptées à Bruxelles en décembre 2016, le député européen Renaud Muselier s’est félicité de l’adoption, jeudi 18 mai 2017, d’une résolution du Parlement européen sur les transports routiers dans l’Union européenne. « C’est un message fort envoyé à la Commission européenne, à quelques jours de la présentation de son paquet routier. Ce projet vise à étendre le travail d’harmonisation des législations européennes en matière de transports, au secteur routier ».

Le député européen a ajouté : « Le paquet routier sera l’événement politique des prochains mois au sein de la Commission transport et tourisme du Parlement européen. Résolution du problème du cabotage (camions qui roulent à vide), réduction de l’empreinte écologique, renforcement des contrôles contre les fraudes, lutte contre la concurrence déloyale sur l’ensemble du territoire européen : les enjeux sont majeurs. »

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur en première ligne

Renaud Muselier a insisté sur ce point : « En tant que député européen et Président délégué de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, je n’ai qu’une seule volonté : défendre les intérêts de nos transporteurs et faire en sorte que les 81 millions de tonnes de marchandises et les 1,2 millions de conteneurs qui arrivent chaque année dans le port de Marseille-Fos soient pris en charge par des entreprises françaises. Notre région a beaucoup à gagner ou beaucoup à perdre dans cette réforme car c’est toute la chaîne de transports de marchandises en France qui peut être impactée ». 

Le député européen voit en cette réforme « un véritable symbole face aux extrêmes qui accusent l’Europe de libéralisme sauvage. Non, l’Europe protège lorsqu’on sait s’en servir ! Notre ligne est restée la même : pas de libéralisation du secteur avant une harmonisation sociale des Etats-membres au préalable. J’y veillerai de très près lors des négociations qui s’ouvriront fin mai ». 

Renaud MUSELIER, député européen 18/05/2017