On m’a fait un immense cadeau

On m’a fait un immense cadeau. Celui de relever un challenge, et mon travail m’a bouleversé. Ce challenge, je l’ai relevé avec passion dans lequel je me suis investi corps et âme dans ce projet fascinant.
Si demain, j’ai un travail à réaliser dans un jardin, je peux m’en charger, je peux donner un coup de main. Je pense que je ne suis pas un mauvais ouvrier. Mais pas forcément un très bon maître d’oeuvre. Si vous êtes l’architecte, je peux faire la petite main de façon très honorable. J’adore ça : être au service de …, aux ordre de…
Pour m’imprégner de mon travail, j’ai vraiment appris les rudiments du jardinage. Je pense toujours au premier spectateur. Celui qui est concerné directement par ce que l’on va réaliser. C’est important pour moi. Cela vient du fait , je crois, quand mon père regardait un film à la télévision qui mettait en scène des paysans, il disait :  » oh regarde, comment il tient sa fourche « . Ca m’a marqué cette volonté d’être précis. Vouloir plaire au Père est un truc qui me tient encore à coeur, même s’il n’est plus là. La fourche, je veux la tenir dans le bon sens.
Être crédible c’est ma première satisfaction. Même si après je m’approprie le geste. La base du geste, je veux l’apprendre. J’ai appris à manipuler le râteau.
J’ai toujours aimé relever des défis, et avec ce projet j’ai été servi. J’en perds mes mots pour dire combien ce travail a été pour moi, un engagement énorme, et comment ce travail m’est rentré dans le corps au fil des jours, comment ces questions de savoir pourquoi j’ai fait tout cela, quel sens a ce travail, pourquoi toute ces années d’obstination pour construire ce projet, restent sans réponse. Et ce  » sans réponse  » qui laisse de la place au mystère et qui vous travaille de l’intérieur. Ce travail m’a bouleversé.
Je connaissais très peu le jardinage, un vague imaginaire. Mais j’ai immédiatement dit oui. Il n’y a pas eu d’hésitation. Plus je suis entré dans le projet, plus je me suis dit  » quelle chance d’interpréter ce mystère « . Aujourd’hui, à l’entrée de la ville, flotte la première fleur du label ville et village fleuri. La récompense suprême.
Physiquement, j’ai payé de ma personne. Parce que je travaille tout le temps, j’ai l’air tout frêle comme ça, mais je suis une force de la nature. J’ai enterré tout le monde. Je ne devais dormir que quelques heures par nuit. J’en redemandais sans arrêt. J’avais envie que l’on me voit construire, que l’on voit mon geste alors je me suis fait plaisir. J’étais tout le temps de manière obsessionnelle à réclamer des plans, et des plans de travail.
J’ai toujours eu les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Je suis un terrien. Je suis dans le physique, dans le corps. Mon métier, c’est de jardiner, et en jardinant avec tout ce que je découvre, c’est l’imaginaire. On ne sait pas mon caractère, il n’y a pas de témoignages ou si peu. On ne peut que l’interpréter dans ma solitude, dans un imaginaire foisonnant pour avoir construit un truc pareil. Comment ce truc là va pouvoir tenir alors que je n’ai aucune notion au départ ? j’apprends tout par moi même. On m’a imaginé comme ayant une capacité à l’innocence, une curiosité sans fin.
Je suis un homme d’exception, mon monde intérieur j’ai réussi à le développer à l’extérieur. On m’a dit rêveur, excentrique, fou… Avec du recul, quel adjectif me semble le plus juste ? Je dirais rare. Je suis un homme rare. Un homme d’exception. J’ai un monde intérieur que j’ai réussi à développer à l’extérieur. Malgré toutes les incompréhensions, les moqueries, même au moment de la remise du diplôme par le Vice-Président chargé du tourisme à l’hôtel de la région.
N’avais-je pas eu raison ? Dans notre commune, nous avons réussi à mettre en place un fleurissement potager et touristique pour le bonheur des habitants et le plaisir des touristes. Il se décompose en différents thèmes selon les quartiers ou la situation du lieu, avec une déclinaison du thème ou des couleurs selon l’endroit. Un peu comme pour une exposition, quand on change de saisons, quand on change de rue, on change de salle et on change de décor.

Mon travail me fait du bien. j’ai tenu à faire un travail d’amour, c’est ma patte à moi.
C’est difficile d’être un taiseux, un homme de l’intérieur. C’est étrange parce qu’en effet, ça ne s’exprime pas. Je suis moi, bouleversé, sauf que cette émotion
là, je sais que je dois la garder pour moi. c’est comme un matériel émotif. Du fait que j’existe, je peux m’identifier, me garder en réserve comme une mémoire et donner du poids à ma pudeur. Je n’ai jamais été un homme glacé, je suis plutôt réservé, un peu opaque. On voit bien que je suis à fleur de peau, mais ça reste sous la peau, ce qui me permet de transpirer cette émotion.
Je suis toujours ému par l’accueil des gens. Alors que mon travail n’était pas encore fini, j’avais encore le nez dessus, encore trop dans mon personnage pour avoir le recul suffisant. Entouré des habitants avec mon projet fini, je me suis retrouvé, le travail que j’avais fait, l’homme que j’étais. Je me suis retrouvé en face de moi, pas en moi, ce qui était nécessaire pour regarder le résultat, c’est à dire pour qu’il m’échappe et qu’il soit offert aux habitants qui visiblement ont aimé. C’est un travail qui a une force, un sillon. C’est pour cela que l’on peut dire que c’est un travail qui fait du bien parce qu’il a une vérité. Et je suis allé au plus profond de moi pour le réaliser.

Oui, le 17 novembre , il faudra protester

Macron a affirmé à propos de la hausse des prix de l’essence et du diesel : «Je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail.» 

En un an, le prix des carburants a augmenté de l’ordre de 23 % pour le diesel et de 15 % pour l’essence. Macron a choisi de faire payer les Français en alourdissant très fortement la fiscalité sur ces produits à travers la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) (loi de Transition écologique de 2015 sous Hollande) ou «taxe carbone» (Budget 2018). Au coût du pétrole brut, s’ajoute le prix du raffinage et celui de la distribution, puis la «taxe carbone» et sur l’ensemble la TVA. La hausse actuelle est liée, d’une part, à l’augmentation du cours du pétrole et, d’autre part, à la progression de la «taxe carbone». Au final, la part des taxes représente 60 % environ du prix du carburant, taxes qui sont programmées pour augmenter jusqu’en 2022. 

Dans le projet de loi de finances 2019, le gouvernement prévoit que la TICPE devient la 4e ressource fiscale, après la TVA, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés. Elle doit rapporter environ 38 milliards d’euros. Sur cette somme, 45% iront à l’État, 33% seront affectés aux collectivités locales, 3% seront consacrés aux infrastructures de transport. 19 % seulement iront à la transition écologique, dont le développement des énergies renouvelables. Macron dit assumer parfaitement la hausse de la taxation et s’en explique : «Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant, réclament aussi qu’on lutte contre la pollution de l’air parce que leurs enfants souffrent de maladies». Il souhaite donc clairement limiter la circulation des véhicules automobiles par la hausse du prix du carburant. 

La hausse des prix des carburants est inacceptable et provoque une légitime colère populaire. Les organisations patronales et syndicales partagent d’ailleurs cette contestation. La motivation «écologique» de cette augmentation, évoquée par Macron, constitue une escroquerie dans la mesure où le fruit de la taxation sur le carburant est affecté à moins de 20% à un objet «écolo». La réalité est que le gouvernement se trouve en difficulté, en raison d’un taux de croissance inférieur à celui prévu, et que pour boucler le budget de 2018, il cherche à combler le futur déficit de l’année puisqu’il n’a pas réduit les dépenses de l’État. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) condamne les pistes évoquées par Macron pour compenser l’augmentation des prix du carburant. Elles ne sont pas sérieuses car elles reposent sur l’État, les collectivités locales ou les entreprises. Or, rien ne sert de prélever pour reverser ou de prétendre «aider les entreprises» pour les faire payer encore une aide de plus tout en défendant la mobilité des chômeurs (donc des km à faire) et des salariés. Ces projets de compensations ne concernent ni les jeunes (en particulier les étudiants éloignés de leur domicile) ni les retraités. Une fois de plus, Macron joue les salariés contre les «inactifs».

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) appelle donc ses militants et sympathisants à participer localement aux mouvements de protestation du samedi 17 novembre contre la hausse du prix des carburants. Il faudra aussi éviter toutes les tentatives de récupération politique. 

A l’occasion de ces manifestations, le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) demande la suppression de la taxation fondée sur un pourcentage pour passer à une taxation à un montant fixe ne dépendant pas du cours du pétrole brut. Le gouvernement doit prendre en compte un contexte international qui laisse augurer une augmentation des cours du pétrole (Le contexte est marqué, entre autres, par les sanctions américaines contre l’Iran qui vont impacter le prix du pétrole).

Le MIL, communication du 7 novembre 2018

Le chant des partisans, Vive la France

Le chant des partisans, certes, mais pourquoi faire ? Pour seulement rappeler à tous, aux français, aux européens, à ceux du monde entier, que, en France, nous sommes des hommes , nous sommes des femmes, qui vivent tous les jours avec nos familles, et que nous sommes un peuple libre. Cette liberté, personne ne pourra nous la prendre. Elle est le fruit de notre vécu, de nos batailles contre l’oppression. Cette oppression nous concerne pas. Cette liberté défend les valeurs qui définissent notre peuple, cette liberté définit notre histoire et nos repères mis en place par ceux qui nous ont précédés, et qui ne sont plus pour incarner le peuple français dans la Nation française. Les français sont des gaulois, certes. Ce sont des gens qui sont pas grand chose, et qui ne sont rien. Nous sommes des gaulois, et nous sommes fiers de l’être. Nous ne sommes pas grand chose. Nous sommes des gens qui ne sont rien. Mais nous incarnons la France notre beau pays que nous voulons garder. Nous avons la soif et nous avons aussi des dents quand on nous attaque. Nous savons nous en servir pour nous défendre. En France, la souveraineté appartient au peuple. Nous pouvons la confier, dans le cadre d’un mandat à des politiques à l’occasion d’une élection, mais nous pouvons aussi la reprendre, si nous sommes en présence d’un pouvoir à la dérive, qui s’est détaché des intérêts de la Nation. Entendez-vous cette colère qui remonte jusqu’à Paris ? C’est une colère qui vient de la province, elle vient du peuple et des territoires oubliés de la République. On en peu plus ! le raz le bol c’est maintenant !

LV

Attentat de Manchester : « Toutes mes pensées vont aux victimes, à leurs familles et au peuple britannique « 

Attentat de Manchester :  "Toutes mes pensées vont aux victimes, à leurs familles et au peuple britannique"

Message à mes amis députés européens britanniques

Chers collègues,

C’est avec effroi que j’ai appris les événements qui se sont déroulés hier soir à Manchester lors d’un concert. Après Paris, Nice et la France, le Royaume-Uni vit à nouveau l’horreur du barbarisme et du terrorisme cette année. Mes pensées vont aux victimes, à leurs familles et au peuple britannique. 

Amitiés,

Renaud MUSELIER, député européen 23/05/2017

 

Dear Colleagues, 

It is with disbelief and great sadness that I have learnt about the events that took place yesterday evening in Manchester during a concert. After Paris, Nice and France, the United-Kingdom is the victim, once again this year, of barbarism and terrorism. My thoughts and prayers go to the victims, their families and the people of Great Britain.

Best wishes,

Renaud MUSELIER, european member of parliament 23/05/2017