» Nous avons besoin de reconstruire une Droite des actes et des idées « 

Mes chers amis,
Je sais combien ces derniers jours ont été rudes pour les militants sincères de notre famille politique. Je sais ce que vous ressentez aujourd’hui, vous qui n’avez jamais démérité dans votre engagement pour notre pays. Après l’élimination de François Fillon et la victoire d’Emmanuel Macron, vous avez vu partir certains que vous pensiez fidèles à notre cause.
Ceux-là qui hier s’attaquaient sans relâche au candidat Macron se jettent aujourd’hui sans vergogne dans les bras du président et vont soutenir partout en France ses candidats aux législatives contre ceux investis par la droite et le centre : c’est un coup au cœur pour ceux qui croient à la sincérité et aux idéaux en politique. Et je comprends ceux qui, parmi vous, se sentent découragés face à tant de déceptions.
Mais nous ne devons pas perdre espoir.
Les Français ne sont pas dupes. Ils ne sont pas dupes d’un président élu sans enthousiasme. Ils ne sont pas dupes d’un gouvernement marketing, qui cherche à plaire à chacun et qui finira par décevoir tout le monde. Ils ne sont pas dupes de ces personnalités, de gauche comme de droite, qui ont préféré se vendre pour un maroquin ministériel plutôt que d’être fidèles à leurs idées.
Maintenant les choses sont claires : il y a ceux qui tiennent à leurs convictions, et ceux qui n’en ont pas. Ce gouvernement n’est pas le rassemblement du meilleur de la gauche et de la droite, c’est le rassemblement des supplétifs et des opportunistes de tous bords. C’est le prolongement logique d’un président aux idées floues.
Les Français ne sont pas dupes, mais ils sont écœurés. Ils ne veulent plus d’une politique fiscale qui assomme les classes moyennes, en augmentant encore la CSG de vingt milliards d’euros comme prévoit de le faire Emmanuel Macron. Ils ne veulent plus d’une France qui baisse la tête devant toutes les revendications communautaristes. Ils ne veulent plus d’un système qui encourage l’assistanat et décourage le travail.
Notre rôle à présent est de montrer à nos compatriotes que la politique vaut mieux que ces reniements, que ces petits arrangements, que ces artifices de communication. A nous de leur rappeler que les hommes et femmes politiques peuvent être fidèles à leurs paroles et à leurs valeurs – avant, pendant et après les élections.
Nous avons le devoir de reconstruire une droite des actes et des idées, fidèle à elle-même ; une alternative sérieuse et déterminée à ce nouveau régime des compromissions. Bien sûr, si des lois qui correspondent à nos valeurs et servent l’intérêt général du pays étaient proposées, nous les voterions comme nous avons voté l’état d’urgence ou même la déchéance de nationalité avant que François Hollande n’y renonce piteusement. Mais nous ne prêterons pas allégeance : nous serons une force libre. Je ne laisserai personne remettre en doute la force et la sincérité de votre engagement pour la France. Jamais notre famille politique ne se laissera diluer dans les eaux tièdes du politiquement correct.
Les moments que nous vivons ne sont pas la fin de notre famille politique. J’ai nos convictions communes chevillées au corps. Bientôt, croyez-moi, nous les porterons au pouvoir. Nous reconstruirons une France qui résiste à la montée de l’islamisme radical, qui part à la reconquête des territoires perdus de la République, qui ne laisse rien passer aux terroristes. Une France qui protège ses classes moyennes, ses petits retraités, ceux qui ont tant perdu dans les dernières décennies. Nous ferons une France qui encourage le travail, l’invention, les efforts personnels et le mérite. Nous retrouverons une France, enfin, qui soit fière de son histoire, de sa culture et de ses racines. Soyez sûr que c’est là ma seule ambition et mon seul objectif.
Plus que jamais, mes chers amis, il nous faut continuer le combat. La bataille des élections législatives est devant nous et je sais que nous pouvons la remporter.
Comme disait le Général de Gaulle, « nos rangs se sont éclaircis, mais la situation aussi. » Alors serrons les rangs, redressons-nous, et partons à l’assaut : la France nous attend.
Avec mon dévouement sincère et fidèle,

# Majorité pour la France

Cher LAURENT,

Un Premier ministre et les ministres d’un gouvernement provisoire viennent d’être nommés.

Ils ont pour première mission de défendre le projet ambigu et flou des candidats “En Marche“, projet qu’ils ont pourtant été nombreux à combattre.
Certains vont donc mener campagne contre leur propre famille politique.
Au “baroque” de la situation, nous opposons la clarté d’un contrat d’alternance et d’une majorité pour gouverner.
Nous voulons agir, dans le respect de nos convictions, dans un esprit profondément républicain et exclusivement animés par la volonté de faire réussir notre pays.
Le véritable gouvernement de la France sera issu du choix que feront les Français eux-mêmes les 11 et 18 juin prochains.
Rassemblons-nous donc derrière les 577 candidats de la droite et du centre qui, dans chaque circonscription, défendent notre projet et nos idées pour restaurer l’autorité de l’Etat, diminuer la pression fiscale, garantir la cohésion sociale.
Aidons-les aujourd’hui à faire campagne ; ils ont besoin de notre soutien, de VOTRE soutien.
Cher LAURENT, dans ces temps qui peuvent en déconcerter plus d’un, affirmez haut et fort votre engagement pour les valeurs que nous portons !

Je sais que je peux compter sur vous et vous en remercie.

Daniel Fasquelle.
Trésorier National

 

Les jeunes du 15ème arrondissement de Marseille à la découverte de l’Europe

Le député européen Renaud Muselier a accueilli, mercredi 17 mai 2017, 24 élèves du lycée Saint-Exupéry de Marseille (15e) au Parlement européen, à Strasbourg, pour leur présenter le fonctionnement des institutions européennes.

Cette visite, organisée en collaboration avec la section marseillaise de la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), avait pour objectif de sensibiliser ces jeunes issus des quartiers défavorisés de Marseille à la citoyenneté, ses droits et ses devoirs. Le député européen a insisté sur ce point : «  La jeunesse a souvent le sentiment d’être délaissée et oubliée par les pouvoirs publics. En accueillant ces lycéens à Strasbourg, je souhaitais leur montrer que l’Europe n’est pas ce monstre institutionnel qui peut paraitre éloigné de nos préoccupations quotidiennes. Bien au contraire ! Aide à la construction d’un projet de vie pour une meilleure inclusion sociale, accompagnement pour une formation et une insertion professionnelle : l’Europe s’engage dans des actions concrètes dans notre région et dans nos villes ».

En voyage pendant deux jours à Strasbourg, cette classe de Seconde a visité le Parlement européen et rencontré Renaud Muselier qui, pendant une heure d’échanges, a expliqué les actions concrètes qui y sont menées. Enfin, ces élèves ont assisté à une séance plénière dans l’hémicycle où le nouveau secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, a prononcé un discours solennel.

Le député européen a conclu : « J’ai tout fait pour que cette visite leur donne envie, demain, de s’engager pleinement dans la vie démocratique de notre pays. Ils sont citoyens français et donc citoyens européens. Ils voteront pour la première fois en 2019, justement lors des élections européennes : je voulais leur faire comprendre à quel point cela est capital pour leur propre avenir ».

Renaud MUSELIER, député européen 22/05/2017

Législatives des 11 et 18 juin 2017

Je publie un article de mon ami Tonye Paul Francis

Les candidats aux élections législatives de la majorité pour la France, union de la droite et du centre, s’engagent à défendre résolument leurs valeurs et leur projet politique durant la campagne qui s’ouvre. Ils méritent un plébiscite.
Les 11 et 18 Juin 2017, sont des dates cruciales et unanimement, le bureau politique des Républicains a fait montre de clairvoyance et de maturité politique qu’accompagne la détermination des militants et des français.
Ce n’est un secret pour personne que, la France a plus que jamais besoin d’une majorité de droite et du centre à l’Assemblée nationale, afin de mettre en lumière leurs convictions au cours de la prochaine législature.
Les députés de la majorité de droite et du centre n’agiront pas dans un cadre géographique restreint mais, ils agiront et parlerons au nom de l’intérêt général, et donc au nom de la France toute entière.
Un vote massif pour l’union de la droite et du centre c’est remettre la France sur son piédestal.
Tonye Paul Francis, le 22/05/2017

Déclaration du Comité de Campagne

15 MAI 2017

Le comité de campagne prend acte de la nomination d’Edouard PHILIPPE comme Premier ministre et donc de sa décision de défendre à présent le projet du candidat En Marche qu’il a combattu.

Il ne s’agit en aucun cas d’une coalition gouvernementale mais bien d’une décision individuelle. Nous la regrettons.

Il appartient au nouveau Premier ministre de constituer un gouvernement provisoire, et de mener une campagne dont l’objectif sera de faire battre les 577 candidats de l’union de la Droite et du Centre rassemblés sous la bannière “Majorité pour la France”

Le gouvernement de la France de la prochaine législature sera issu du choix que feront les Français eux-mêmes les 11 et 18 juin prochains.

La campagne législative doit être la campagne de la clarté. Notre projet est clair, sur la diminution des impôts, sur l’augmentation du pouvoir d’achat, sur la restauration de l’autorité de l’Etat et sur la protection des Français. C’est le projet que porteront les candidats des Républicains et de l’UDI dans chacune des circonscriptions.

C’est dans un esprit profondément républicain et exclusivement animés par la volonté de faire réussir notre pays que nous abordons ce débat essentiel à l’avenir de la France.

Pour restaurer l’autorité de l’Etat, pour diminuer la pression fiscale et pour garantir la cohésion sociale, c’est le choix de la Majorité pour la France qui sera le meilleur pour faire réussir notre pays sous la présidence d’Emmanuel MACRON.

Un gouvernement provisoire et de confusion

17 MAI 2017

En choisissant de composer une équipe ministérielle disparate, Emmanuel Macron continue d’entretenir l’ambiguïté dans le débat démocratique.

L’objectif principal de ce gouvernement provisoire et de confusion est de brouiller les repères des Français dans la campagne des élections législatives. Le Président de la République cherche à verrouiller le débat démocratique dans une alternative inacceptable entre En Marche et les extrêmes.

Les membres de notre famille politique qui ont choisi, en nombre très réduit, de rejoindre ce gouvernement ne font plus partie des Républicains. Ils font le choix personnel de faire campagne avec le Premier Ministre en faveur des candidats d’En Marche contre nos candidats LR-UDI. Cette situation ne correspond pas à la conception qui est la nôtre de l’engagement politique.

Le pays a plus que jamais besoin de cohérence et de clarté.

C’est ce que nous voulons lui proposer autour de François Baroin avec nos partenaires de l’UDI. Nous avons un projet cohérent, avec des différences très nettes comparées à celui de ce gouvernement En Marche, nous le défendrons avec force.

Au nom de convictions fortes, j’invite nos compatriotes qui souhaitent l’alternance à se mobiliser massivement les 11 et 18 juin pour les candidats LR-UDI de la Majorité pour la France.

Bernard ACCOYER
Secrétaire général des Républicains

Renaud MUSELIER apporte son soutien aux candidats de la Droite et du Centre dans les Bouches-du-Rhône et dans les Alpes de Haute-Provence

LÉGISLATIVES : RENAUD MUSELIER APPORTE SON SOUTIEN AUX CANDIDATS DE LA DROITE ET DU CENTRE DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE ET DANS LES ALPES DE HAUTE-PROVENCE

L’heure est au rassemblement. Le député européen et Président délégué de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, s’est engagé ce vendredi 19 mai dans la campagne des élections législatives en apportant son soutien aux  élus locaux à l’heure où certains se laissent bercer par les sirènes ministérielles. L’enjeu ? Gagner le 3ème tour de l’élection présidentielle, élection déterminante pour l’avenir de la France afin de donner une majorité à la Droite et au Centre et lui permettre de redresser le pays.

D’abord en déplacement à Aubagne, pour inaugurer la 25e édition du Printemps des lycéens et des apprentis, Renaud Muselier était aux côtés de 2500 étudiants de toute la région rassemblée. Sur place, le député européen a affirmé son engagement auprès des candidats Richard Miron, adjoint au maire de Marseille et conseiller régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, de Sylvia Barthélémy, suppléante de Bruno Genzana et Présidente du Conseil de territoire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et Bernard Deflesselles, vice président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont la qualité et l’énergie dans leurs mandats locaux ne sont plus à prouver.

Objectif : gagner le 3e tour de l’élection présidentielle

Dans les Alpes-de-Haute-Provence ensuite, Renaud Muselier a rencontré Daniel Spagnou, maire de Sisteron et Président des maires des Alpes-de-Haute-Provence, avant d’assister à la remise des pavillons bleus, un label de qualité environnementale exemplaire qui valorise, chaque année, les communes et ports de plaisance qui mènent de façon permanente une politique de développement touristique durable.

Enfin, le Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’est entretenu avec Jean-Marie Bernard, Président des Hautes-Alpes. Une rencontre importante pour réaffirmer le soutien politique à ce département stratégique, grâce notamment au « plan montagne ». L’hiver, c’est la montagne qui fait vivre la région ! Un enjeu que Chantal Eymeoud a compris depuis longtemps. Maire d’Embrun et vice-présidente de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Chantal Eymeoud est « LA » candidate aux législatives qui permettra de représenter fidèlement les intérêts des Alpes à l’Assemblée nationale.