Islamiste et terrorisme, une menace de tous les jours

Le gouvernement français veut rapatrier 130 hommes et femmes détenus en Syrie par la Force démocratique syrienne (FDS) et qui ont été engagés dans les rangs djihadistes. Ils seraient rapatriés en France par avion pour y être jugés. Cela constituerait un premier rapatriement collectif de jihadistes français depuis la Syrie. 

L’argument utilisé pour justifier cette opération d’importation des islamistes «français» ayant appartenu ou appartenant encore au Groupe Etat Islamique serait de ne pas perdre la trace de ces combattants islamistes. Au nord de la Syrie, les alliés locaux de la France sont menacés par une offensive terrestre turque et souhaitent poursuivre le combat pour la survie de la communauté kurde. Dans ce contexte, la garde des prisonniers européens capturés lors de la guerre contre l’État islamique ne leur apparaît naturellement plus comme une priorité. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) s’inquiète du retour organisé en France de combattants islamistes entrainés. En effet, si la voie judiciaire est effectivement bien suivie, il est difficile de prévoir les décisions qui pourront être prises. Quels seraient les éléments concrets disponibles pour connaître les activités exactes de ces «Français» en Syrie ou en Irak ? Quels seraient les éléments effectivement retenus ? Certains de ces islamistes sont probablement connus par les services de renseignement français, mais pas tous. Donc, une partie d’entre eux ne seront pas poursuivis ou seront libérés après une courte peine, par défaut de preuve. Les procédures judiciaires seront lourdes et leur résultats incertains. Sans mettre en cause l’efficacité de nos services, on se trouve dans la réalité. Il va rester beaucoup d’incertitudes sur l’action d’une part de ces activistes islamistes. Plus de 500 personnes sont déjà incarcérées en France, en détention provisoire, ou condamnées. Certes des dispositifs pénitentiaires plus adaptés ont été mis en place ou sont en cours de formalisation. Mais la réalité apparaît plus mitigée : les conditions d’application des peines qui conduiront à des libérations sont encore plus inquiétante. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) constate que la lutte contre le terrorisme islamique n’a pas été retenue, en dépit de son importance, dans le cadre du «grand débat», alors que ce sujet inquiète légitimement les Français. Le terrorisme en France a assassiné plus de 250 personnes. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) considère que les islamistes demeurent une menace permanente pour la France, qu’ils agissent en groupe organisé, ou sous la forme d’individus fanatisés prétendument isolés. La défaite territoriale du groupe État islamique en Irak, puis en Syrie, ne gomme pas la menace terroriste islamiste. Le terrorisme islamiste s’illustre par des massacres, comme tout récemment aux Philippines, dans une cathédrale, ou au Kenya, dans un hôtel de luxe. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) dénonce la passivité de Macron face à la menace islamiste. Il semble indispensable de mieux se prémunir contre le terrorisme islamiste. Cela suppose de changer notre droit pour faire face à cette nouvelle forme de menace. 

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) appelle la Droite républicaine à proposer une nouvelle loi de prévention de la menace islamiste. Il faudrait pouvoir fermer un grand nombre de mosquées salafistes ; placer en rétention de sûreté les détenus islamistes devant prochainement être libérés de prison ; interner administrativement les islamistes considérés comme potentiellement dangereux ; expulser les islamistes de nationalité étrangère et interdire le retour en France des combattants islamistes partis se battre à l’étranger ; déchoir de la nationalité française lorsque c’est possible. Si c’est notre droit qui l’interdit, alors il faut l’adapter pour répondre à la menace islamique actuelle. C’est le devoir du politique de le faire pour répondre à l’attente des citoyens.

Le MIL, publication du 31 janvier 2019

J’ai fais le choix du renouvellement et du rassemblement de la Droite

Chers Amis,
Dans une interview accordée au Figaro, le Président des Républicains, Laurent Wauquiez, évoque les raisons de son choix de proposer un trio composé de François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean pour défendre les idées et les valeurs de la Droite à l’occasion des prochaines élections européennes : “ François-Xavier Bellamy, c’est la droite des valeurs, loin de la politique du buzz et de l’ultracommunication. […] Agnès Evren est une élue qui représente la droite urbaine. […] Arnaud Danjean, qui est député européen, est un expert reconnu de la lutte contre le terrorisme. […] Par ce trio, symbole du renouvellement, j’ai voulu envoyer un message très fort de rassemblement de toute la droite et de ses sensibilités autour d’une conviction: les Républicains veulent sauver l’Europe, et, pour la sauver, il faut la changer. […]”
Nous vous invitons à retrouver l’intégralité de cette interview en cliquant ici:
A bientôt,
L’équipe de la Droite Sociale

Le 1er devoir du politique c’est de protéger

Chers Amis,
Dans une tribune publiée ce jour dans le magazine Valeurs actuelles, le Président des Républicains, Laurent Wauquiez, rappelle à Emmanuel Macron  » qu’il est urgent d’avoir un débat sur la lutte contre le terrorisme islamiste  » à l’occasion du grand débat national :  » Parmi les sujets que le gouvernement refuse d’aborder dans son grand débat, il en est un qui nécessite une vraie discussion : la lutte contre le terrorisme islamiste. […] On assiste à chaque fois à la même mécanique qui interdit toute réflexion. Au moment de l’attentat, seules les déclarations de compassion sont autorisées ; après l’attentat, on s’empresse d’oublier en attendant le prochain. On s’interdit de réfléchir aux mesures qui pourraient être prises. C’est pour cette raison qu’il est indispensable de revenir à froid sur ce débat. 
Nous vous invitons à retrouver l’intégralité de cette tribune en cliquant ici :
A très bientôt,
L’équipe de la Droite Sociale

Je construis une nouvelle Droite pour défendre celles et ceux qui sont abandonnés par le Président de la République

Chers Amis,
A l’occasion de son déplacement ce jeudi à Toulouse, Laurent Wauquiez a accordé un entretien à « La Dépêche du Midi » dans lequel il indique, entre autres, que les Républicains « participeront et feront des propositions » à l’occasion du Grand débat national lancé par Emmanuel Macron :  » Les Républicains participeront et feront des propositions, car c’est une occasion de retour au dialogue entre les Français. (…] Mais ce débat doit être indépendant, libre, et il est donc inconcevable qu’il soit chaperonné par deux ministres. […] Nous allons nous engager sur trois questions: 1) Les retraités […] : pas de nouvelle augmentation de CSG jusqu’à la fin du mandat, 2) Le retrait de la mesure sur les 80 km/h qui a été une profonde erreur […] , 3) L’exigence d’exemplarité. Une profonde crise de confiance s’est ouverte entre les Français et leurs représentants politiques car les seconds ne s’appliquent pas ce qu’ils demandent aux premiers. […] « 
Nous vous invitons à retrouver l’intégralité de cette interview en cliquant ici:

À bientôt,

L’équipe de la Droite Sociale

Nous devons retrouver les vraies valeurs de notre pays : travail, effort, respect

Chers Amis,
Dans une lettre adressée à nos compatriotes et publiée ce dimanche sur les réseaux sociaux, le Président des Républicains, Laurent Wauquiez, exhorte Emmanuel Macron à « changer profondément sa politique » pour permettre à notre pays de « retrouver le calme et la sérénité » : « Notre pays se déchire et s’enfonce semaine après semaine un peu plus dans la crise. Si le Président de la république avait écouté dès le début, nous n’en serions pas là. […] Le gouvernement met de l’huile sur le feu et les extrêmes poussent le pays vers le chaos. La première responsabilité est celle d’Emmanuel Macron. Le président doit retrouver le sens des responsabilités, respecter enfin les Français et changer profondément sa politique. »
Laurent Wauquiez appelle également les représentants des gilets jaunes à « condamner sans la moindre ambiguïté les casseurs »: « Ce mouvement a porté des revendications légitimes, la reconnaissance du travail, le ras-le-bol fiscal, l’abandon des territoires. Mais les casseurs dénaturent ce message. Cette violence ne peut plus continuer. Les représentants des gilets jaunes doivent la condamner sans la moindre ambiguïté et tout mettre en œuvre pour sortir les casseurs de leurs rangs. »
Enfin, le Président des Républicains réclame à Emmanuel Macron de « vraies réponses aux cris de colère poussés par les Français » : « Si l’on veut ramener le calme, il faut répondre aux trois cris de colère poussés par les Français. Le premier, c’est de lutter contre le gaspillage de l’argent public pour baisser les impôts. […] Le second, c’est que la République veille à nouveau sur tous les territoires, la ruralité, nos villes moyennes. […] Enfin, il faut revaloriser le travail pour tous et non en laissant de côté les classes moyennes. Des retraités qui ont travaillé toute leur vie ne peuvent être condamnés à une retraite de misère, des gens qui travaillent ne peuvent se dire à la fin du mois qu’ils auraient gagné plus en restant chez eux, des étrangers qui n’ont jamais cotisé ne peuvent bénéficier du même accès à notre système de santé. »
Nous vous invitons à lire l’intégralité de la « Lettre à mes compatriotes pour retrouver le calme » de Laurent Wauquiez en cliquant ici :
A bientôt,
L’équipe de la Droite Sociale

Meilleurs voeux 2019

Chers amis,

La France a besoin de réformes et elle doit être réformée.

Seulement, il ne suffit pas de dire aux français,  » je suis au travail  » pour calmer la colère et créer la confiance. Six français sur dix lui ont retiré la confiance.

Il ne suffit pas de dire aux français, on va limiter la vitesse de circulation à 80 km/h. En Ardèche, nous préférons entretenir nos routes et nos axes de circulation pour notre sécurité et notre confort. De toute façon, nous n’avons pas le choix !

Il ne suffit pas de dire aux français que l’on va transformer la France en start-up Nation, alors que l’on n’est pas capable de couvrir du réseau numérique et téléphonique l’ensemble de nos territoires ruraux.

Enfin, il ne suffit pas de dire aux français, que l’on va supprimer la taxe d’habitation pour les collectivités locales, comme cela vous paierez moins d’impôt. Alors qu’un maire n’est-il pas le 1er élu le plus proche de ses administrés et de la population locale ? En Ardèche, nous voulons plus. Plus de libertés et plus d’autonomie pour redonner à nos communes le pouvoir de décider et de s’adapter au terrain, où se trouvent les difficultés à traiter. Car comment l’Etat peut-il être crédible alors qu’il est lui même incapable de prendre une décision pour se réformer, redresser sa mauvaise gestion financière et son fonctionnement pléthorique ?

Si la France va mal, n’est-ce pas la faute des élites ?

Comment faire confiance au gouvernement qui rajoute sans cesse de l’huile sur le feu, pour mieux disrupter le fonctionnement et faire tomber la France telle que nous la connaissons, pour la propulser dans la mondialisation des mouvements sans règles et sans morale ? Celle de la finance, celle de l’économie de marché ultra-libérale, et celle des mouvements migratoires. Pour nous, ce sera la loi de la jungle !

Cette année, cette nouvelle année, d’autres choix pour d’autres politiques doivent être pris.

Faire de la politique c’est choisir. Choisir pour trouver des solutions à nos problèmes. Mais aussi pour trouver des solutions qui nous conviennent. Notre peuple s’est toujours relevé à la suite d’une défaite, d’une guerre, d’une catastrophe. L’espoir je l’ai. Et je veux vous le partager.

Comme pour Laurent Wauquiez, Président des LR, nos voeux vont cependant vers l’apaisement. Nous sommes entourés de serpents et il serait inutile de faire éclater la société française et de renverser la stabilité de l’Etat, il en va de notre avenir. A toujours refuser d’avancer, on s’enlise dans le déclin. Il n’y a pas de comportement républicain responsable en affichant sa démagogie. Sous le patronage de Laurent Wauquiez, nous sommes capables de travailler ensemble, c’est pourquoi nous devons rester unis pour former un bloc. Mais nous sommes aussi capables de présenter un projet d’alternance.

Cette année, les français devront choisir.

Et ce , dès le mois de mai. Soit changer les élites, soit changer de régime et d’organisation. 2019 doit rester l’année de l’espérance, une année de la reconstruction et du sursaut, car rien est figé. Reprendre le leader-ship sur la scène internationale, redonner de l’oxygène à notre économie et fabriquer du PIB, libérer la croissance et redonner à la population le pouvoir d’achat qu’elle n’a plus. Enfin, la France doit redevenir une grande nation, la Nation Française.

Chers amis, je vous souhaite du travail, une bonne année et tous mes voeux.

Vive notre territoire ardéchois et vive la France.

Laurent Vincent, membre LR de la fédération du département de l’Ardèche @LesRepublicains

 

Joyeux Noël

Chers amis,

Nous sortons d’une période qui a été une épreuve ô combien difficile pour notre pays. La fin de l’année a mis en lumière les souffrances profondes de notre société :

les retraités, ceux qui travaillent, les classes moyennes assommés d’impôts ;

la lassitude des policiers et des gendarmes face au recul du respect et de l’autorité ;

le retour meurtrier des attentats islamistes.

Pour qui voulait entendre et voir, ces dernières semaines ont résumé bien des batailles que les Républicains portent depuis longtemps déjà.

Mais, le Président de la République n’a voulu ni entendre ni voir. Les réponses apportées ont consisté, comme trop souvent dans notre pays, à tout lâcher après avoir tout refusé, sans rien résoudre. Les cadeaux d’aujourd’hui seront les impôts de demain car aucune économie sur la dépense publique n’est faite, contrairement à ce que je réalise dans ma Région en Auvergne-Rhone-Alpes en montrant qu’il n’y a pas de fatalité au gaspillage et que l’on peut baisser les impôts.

Et pourtant, il y a à peine un an, la mode était de se mettre en marche et rien ne semblait résister à Jupiter. Mais nous dormions sur le volcan, comme aurait dit Tocqueville. Moins de deux ans après l’élection présidentielle, le pouvoir est déjà à bout de souffle et laisse une France fracturée et en colère comme jamais.

Les Républicains ont, dès le début du quinquennat, mis en garde contre les illusions du macronisme, s’attirant parfois des commentaires violents parce que nous osions émettre des doutes. Notre discours n’a pas varié. Nous l’avons fait en prenant nos responsabilités, en soutenant la réforme du code du travail ou celle de la SNCF ou encore en appelant au retour à l’ordre quand les casseurs ont pris le pas sur les gilets jaunes, mais en défendant toujours nos valeurs : le travail et l’initiative, le respect et l’autorité, le refus de l’immigration de masse ou du communautarisme, l’attachement à notre identité. Je suis convaincu que pour réussir la France ne doit pas se renier mais se retrouver.

Il faut laisser respirer les Français, assumer de vouloir que la France reste la France et croire en l’Europe mais une Europe qui protège.

Ces combats supposent de la constance et du courage.

Je voudrais finir par un mot plus personnel.

Je ne suis ni sourd ni aveugle. En prenant la tête des Républicains, je savais bien que la mission serait difficile après l’un de nos pires échecs. Et rares étaient ceux prêts alors à s’y consacrer.

Nous avons ensemble commencé à rebâtir et les idées que nous avons défendues étaient les bonnes. Nous avons été les premiers à sentir la colère monter et à le dire. Mais je sais aussi que nous n’avons pas toujours su convaincre ni nous faire entendre. Nous avons certainement commis des erreurs et j’en suis conscient. J’ai parfois donné prise aux caricatures médiatiques si promptes à résumer le débat d’idées à quelques anecdotes et petites phrases. J’entends les critiques et l’année à venir nous permettra d’y répondre.

Je suis convaincu que les Français vont chercher un autre chemin entre un Président qui les a déçus et des extrêmes dont ils savent qu’ils peuvent mener au chaos. Pour cela, je crois qu’il faut défendre avec courage et détermination nos idées. Nous savons que tout est fait pour nous détruire mais c’est précisément dans ces moments qu’il faut de l’unité et de la constance. Le but n’est pas de plaire à ceux qui ont plongé notre pays dans cette situation. Le but n’est pas de monter le temps d’un sondage. Le but, c’est de réveiller la France.

J’ai eu la chance d’être élevé par une grand-mère qui était une femme de caractère, qui a dirigé une petite entreprise à une époque où les femmes étaient promises à un autre destin. Il y avait en elle une profonde gentillesse. Mais aussi une volonté inébranlable : « ne renonce jamais » m’a-t-elle souvent dit. J’ai gardé cette leçon. On ne renonce pas au premier vent mauvais, on ne se soumet pas, pour reprendre la belle formule de Michel Houellebecq.

A l’heure où nous allons fêter Noël, cette fête si intrinsèquement associée à nos racines, n’oublions pas que nous sommes les héritiers d’une civilisation magnifique. Chez nous, l’espoir est toujours là, même dans les pires moments, à une condition, ne jamais se renier, rester fidèles à ce que nous sommes. Nous voulons rétablir la France dans ce qu’elle a de plus beau et de plus grand.

Je tiens à vous assurer de mon entière détermination au service de notre famille et de notre pays et vous souhaite, de tout cœur, un joyeux Noël et de belles fêtes de fin d’année, avant de nous retrouver pour continuer ensemble notre chemin en 2019.

Amicalement,

Laurent Wauquiez