Affaire Benalla : un scandale d’Etat !

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis,

Nous avons tous appris, avec la plus grande consternation, les révélations du journal Le Monde parues ce mercredi soir.

Le « policier » qui a été filmé alors qu’il frappait violemment plusieurs manifestants le 1er mai dernier sur la place de la Contrescarpe à Paris était en réalité un proche collaborateur d’Emmanuel Macron, employé par l’Elysée ! 

Il n’avait aucune légitimité ni aucune autorisation légale pour intervenir dans une opération de maintien de l’ordre et encore moins pour user d’une telle violence à l’encontre de jeunes manifestants.

Depuis, les révélations s’enchainent et nous découvrons avec stupeur que cette affaire est en réalité un véritable scandale d’Etat ! 

Le Ministre de l’Intérieur lui-même semble avoir été mis au courant de ce grave dérapage dès le début du mois de mai.

Malgré la gravité des faits, M. Benalla n’a pourtant écopé que d’une mise à pied de 15 jours le 3 mai dernier et d’un « changement d’affectation ».

Pourtant, de nombreuses photos prouvent que M. Benalla a continué à travailler au service de la sécurité de la Présidence de la République et était présent, à ce titre, lors de l’entrée de Simone et Antoine Veil au Panthéon ou du défilé de l’équipe de France sur les Champs-Elysées !

On a également appris que M. Benalla, en sus d’être logé dans une dépendance de l’Elysée située sur le quai Branly, s’était vu attribué une voiture de fonction avec un gyrophare !

Cette affaire gravissime pose de nombreuses questions : 

– Pourquoi, face à tels agissements, M. Benalla n’a t-il pas été licencié immédiatement ?

– Le Président de la République et le Ministre de l’Intérieur étaient-ils au courant de ces agissements? Ont ils tenté d’étouffer cette affaire ?

Pour obtenir la vérité, une Commission d’enquête parlementaire a été ouverte ainsi qu’une enquête préliminaire par la Justice à l’encontre d’Alexandre Benalla, qui est aujourd’hui en garde à vue au sein de la Police Judiciaire.

L’affaire « Alexandre Benalla » ne fait donc que commencer mais, déjà, notre Démocratie semble gravement affaiblie par ces révélations.

Il ne peut exister de « milices » dans notre République ! 

Soutenez-nous pour dénoncer cette odieuse affaire et faire éclater la vérité ! 

Guillaume PELTIER, Vice-Président des Républicains

Fiers d’être français !

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis,

Nous avons eu le bonheur de vivre la magnifique victoire de l’équipe de France ce dimanche en finale de la coupe du monde de football ! Un titre et une fête qui dépassent largement le cercle des amateurs de ballon rond et qui nous donne à voir une France unie et joyeuse, une France qui, une fois de plus, a étonné le monde !

Nos joueurs et le sélectionneur, Didier Deschamps, ont fait preuve d’un talent et d’un courage hors normes en s’affranchissant des critiques, parfois acerbes, pour rapporter un trophée que les Français attendaient depuis 20 ans. Nous sommes fiers d’eux comme nous sommes heureux de voir cette foule innombrable dans les rues avec notre beau drapeau bleu-blanc-rouge à la main !

Nous sommes malheureusement un peu moins fiers du comportement de certains délinquants qui n’ont pas hésité à gâcher la fête en s’en prenant au mobilier urbain, en pillant des magasins ou en brûlant des voitures et des arrêts de bus.

Ces comportements inadmissibles sont intolérables ! Il est incroyable que nous ne soyons plus capables, en France, d’organiser des rassemblements sans qu’il n’y ait d’incidents ou de casse ! 

Les services de Police, auxquels nous devons rendre hommage, ont interpellé près de 300 personnes dans la nuit de dimanche à lundi. Nous espérons maintenant que la Justice sera implacable face à ceux qui expriment haine et violence alors que nous devrions tous être rassemblés dans la fête ! 

Loin de l’hyper-communication exprimée par Emmanuel Macron autour de cette victoire, je souhaite que nous puissions tirer les leçons de ces graves incidents pour qu’ils ne puissent plus jamais se reproduire.

Pour cela, deux ingrédients sont nécessaires : de la lucidité, contrairement à ceux qui ferment les yeux sur de tels agissements, et du courage politique, contrairement à ceux qui n’osent rien faire.

Vous pouvez compter sur moi pour réunir ces deux conditions à l’Assemblée nationale et faire changer les choses.

Vive l’équipe de France et vive la France !

Guillaume PELTIER, Vice-Président Les Républicains

Un congrès pour rien

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis,

Le Président de la République s’est exprimé, ce lundi, devant le Parlement réuni en congrès à Versailles. Malgré plus de 90 minutes d’un discours gorgé d’autosatisfaction, aucune annonce précise ou concrète n’a été faite.

Une fois de plus, Emmanuel Macron nous a donc offert, aux frais du contribuable, une grande opération de communication pour masquer son terrible bilan en termes de baisse du pouvoir d’achat, d’augmentation des impôts, d’explosion de l’immigration et d’abandon des territoires ruraux et péri-urbains. Par exemple, sur la fiscalité, ce sont désormais 10 milliards d’euros de nouveaux impôts créés par Emmanuel Macron et son gouvernement depuis un an pour les retraités, les classes moyennes et désormais les artisans et les entrepreneurs. En effet, l’absurde réforme du prélèvement à la source va coûter près d’un milliard d’euros aux petites entreprises françaises.

Notre mission, celle de la droite française, est donc désormais de dénoncer cette mascarade qui n’a que trop duré et de proposer aux Français une nouvelle vision pour notre pays : une France qui se redonne à aimer, qui protège les plus faibles et récompense les audacieux.

Vous pouvez compter sur mon engagement total pour y arriver !

Guillaume PELTIER, Vice-Président Les Républicains

 » Tant que nous ne ferons pas réellement des économies, les classes moyennes paieront l’addition « : Laurent Wauquiez

Cher ami,

Dans son discours-fleuve à Versailles lundi dernier, Emmanuel Macron n’a apporté aucune réponse concrète aux inquiétudes des Français : explosion du prix des carburants, détricotage de la politique familiale, toujours plus de taxes et d’impôts…

Alors même que la publication du rapport Cap 2022 censé dévoiler enfin les pistes d’économies budgétaires du gouvernement a été renvoyée aux calendes grecques, Emmanuel Macron n’a donné aucune nouvelle mesure d’économie. Cette année, la dépense publique continue de progresser au même rythme que sous François Hollande.

En augmentant de 4,5 milliards d’euros la fiscalité des ménages, Emmanuel Macron a donc fait le choix de baisser le pouvoir d’achat des Français, ce qui a freiné la consommation et la croissance économique.

La réalité est implacable : faute de lutter contre le gaspillage de l’argent public, le gouvernement prend toujours plus dans la poche des classes moyennes :

  • Augmentation sans précédent des taxes sur le gaz, le fioul, le gasoil et l’essence, alors même que le prix du baril de pétrole explose,
  • Taxation à 30% des nouveaux plans d’épargne-logement,
  • Diminution de 8,5% de la prestation d’accueil du jeune enfant,
  • Aucun geste sur l’impôt sur le revenu des classes moyennes,
  • Report de la promesse de défiscaliser les heures supplémentaires,
  • Hausse de 25% de la CSG pour huit millions de retraités,
  • Prélèvement à la source en 2019 qui exige des entreprises, PME et artisans de faire le travail de l’administration fiscale et qui transforme les contribuables en trésoriers de l’État (ils avanceront à l’État les réductions et crédits d’impôt dont ils bénéficient pendant les deux tiers de l’année)

Avec Emmanuel Macron, ce sont toujours les mêmes qui paient l’addition. Le gouvernement fait mine de rendre d’une main ce qu’il prend de l’autre.

Car quelle est la seule solution pour baisser les impôts ? Baisser les dépenses publiques. Dès cet automne, à l’occasion du prochain budget, les parlementaires des Républicains feront des propositions précises pour faire 20 milliards d’euros d’économies, ce qui permettrait de ne plus augmenter les impôts et de suspendre les augmentations prévues d’ici la fin du mandat.

Ne nous croyez pas sur parole mais jugez-nous sur pièces : dans la région qu’il préside depuis deux ans, Laurent Wauquiez a fait des économies de fonctionnement inédites (-12%), ce qui permet de ne pas augmenter d’un centime la fiscalité régionale.

Les Républicains sont la seule famille politique à s’opposer à ce cercle vicieux : il n’y a pas de fatalité à la hausse continuelle des dépenses, de la dette, des impôts et des taxes dont les classes moyennes sont les principales victimes.

Ce combat est aussi le vôtre.

Emeutes à Nantes : Dites stop aux zones de non-droit

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis,

Depuis des jours et dans une quasi-indifférence de la part du Gouvernement, la ville de Nantes subit des nuits d’émeutes au cours desquelles des délinquants dégradent et brûlent des poubelles, des voitures et des bâtiments du service public.

La situation est telle que même les représentants de la Nation ne peuvent plus pénétrer librement dans le quartier ! Hier, François De Rugy, Président de l’Assemblée nationale et député de Loire-Atlantique a voulu se rendre sur place. Craignant pour sa sécurité, il a dû faire demi-tour rapidement après avoir reçu de nombreuses insultes et intimidations.

Cette situation est absolument intolérable et inacceptable ! 

Plusieurs appels au calme ont été lancés par des responsables politiques, mais le calme ne se demande pas, il s’impose ! 

La République ne doit pas reculer. Mais pour cela, elle a besoin d’un président qui s’occupe de ses territoires et d’un président d’autorité.

Soutenez nous pour dire STOP aux zones de non-droit et au laxisme judiciaire !

 Guillaume Peltier, Vice-Président Les Républicains

Il faut stopper cette immigration illégale. Les peuples européens ne veulent plus d’une immigration imposée

fig.jpg
Cher(e)s ami(e)s,
Le 27 juin dernier, j’étais l’invitée politique du Talk Le Figaro. Vous trouverez ci-dessous et en pièce jointe l’article de presse qui résume cette émission. Je me tiens à l’écoute de vos commentaires et vous souhaite un excellent week-end.
Nadine Morano : « Les peuples européens veulent une immigration choisie »
L’eurodéputée LR a exposé sa volonté de développer des projets sur le continent africain pour résoudre la crise migratoire.
IMMIGRATION « Il faut stopper cette immigration illégale », a martelé mercredi Nadine Morano, eurodéputée LR, lors du « Talk le Figaro ». L’élue s’est exprimée sur la polémique engendrée par l’arrivée de plusieurs bateaux de migrants sur les eaux italiennes et maltaises.
Elle a soutenu la politique de non-acceptation de ces embarcations du ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, « qui a eu le courage de dire stop à la vague migratoire de masse, à l’arrivée de ces bateaux, qui a eu le courage de dénoncer les ONG dans leur comportement incitant l’immigration illégale ».
Pour l’élue, il n’y a pas de doute : le refus de l’ONG Lifeline de remettre le bateau du même nom, ainsi que ses passagers, aux autorités libyennes, « est organisé ». Elle en a profité pour fustiger la politique du président de la République. Selon elle, « M. Macron fait aussi le jeu des passeurs, lorsqu’il dit, toujours avec laxisme, qu’il faut accueillir ceux qui vont arriver ». Elle a dénoncé son « hypocrisie totale » sur le sujet, puisqu’il refuse selon elle de recevoir des bateaux de migrants sur le sol français.
Nadine Morano a expliqué que le réel défi à relever était de mettre « l’Union africaine face à ses responsabilités », et non de « culpabiliser l’Union européenne ou l’Europe sur la question migratoire ».
L’eurodéputée, qui s’est rendue à plusieurs sommets entre l’Union européenne et l’Union africaine, a dénoncé « des simulacres de sommet ».Pour elle, il est essentiel d’établir un dialogue qui mènera à des résultats et à des actes de la part des deux parties. L’élue a par ailleurs affirmé que « les peuples européens ne veulent plus d’une immigration imposée, ils veulent une immigration choisie ».
En tant que membre au Parlement européen de la délégation en charge des relations avec le Parlement pan-africain, Nadine Morano a pu assister en Afrique du Sud à une séance plénière des députés africains. Le sujet ? La corruption dans les États, qui suscite souvent leur instabilité. Aussi a-t-elle insisté sur la nécessité de ces États « de se développer ». « C’est insuffisant pour le moment, a-t-elle assuré, bien qu’ils touchent 17 milliards d’euros d’aides de l’Union européenne. » L’eurodéputée a proposé de prendre des mesures adaptées en « conditionnant les aides attribuées aux États africains au regard de leurs résultats sur la maîtrise de leur politique migratoire ». Elle a notamment plaidé en faveur de plus d’accords bilatéraux et multilatéraux, et du durcissement de la politique envers les pays qui ne coopèrent pas avec l’Europe.
L’essentiel pour résoudre la crise migratoire réside, selon Nadine Morano, dans le développement des pays africains. « Je crois aux qualités humaines des Africains. Je sais leur potentiel. Nous devons apporter des solutions, de meilleures qualités de vie à ceux qui vivent sur ce continent, et qui ne demandent qu’à pouvoir rester chez eux », a-t-elle déclaré. L’élue a d’ailleurs affirmé que les députés africains lui avaient demandé de ne plus régulariser les migrants clandestins dans les pays d’Europe. Pour eux, « ce sont les Européens qui amorcent la pompe à l’immigration illégale ».
Nadine Morano s’est prononcée contre la création de hotspots en Eu­rope, favorisant l’accostage des bateaux sur les côtes africaines. Il s’agit pour elle d’un mal nécessaire : « C’est la seule façon d’envoyer un message de l’autre côté de la Méditerranée et d’empêcher que des milliers de personnes ne meurent en mer », s’est-elle exclamée.
Fidèlement à vous.
Nadine MORANO
Ancienne ministre
Députée européenne

Tel père, tel fils !

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis,

Tel père, tel fils!

Emmanuel Macron, dont la cote atteint 32 %, n’est plus très loin de celle de François Hollande après 14 mois de mandat (27%) ! Quelle ironie, pour celui qui a pris son prédécesseur comme contre-modèle. Les Français ne sont pas dupes.

Avec plus de 9 milliards d’impôts nouveaux, hausse de la CSG, du diesel et du gaz, les classes moyennes et populaires, les travailleurs, entrepreneurs, salariés ou fonctionnaires sont les grands perdants de sa politique injuste.

Un seul exemple, révélant néanmoins tout l’état d’esprit de ce gouvernement: le plan de lutte contre la pauvreté devait être présenté le 10 juillet. Emmanuel Macron a décidé de le reporter « selon que la France est en demi-finale ou pas ».

Quel mépris! Les « sans-dents » de François Hollande trouvent un triste écho dans la politique menée par son héritier. 

Le « nouveau monde » promis n’est qu’une illusion.

 Guillaume Peltier, Vice-Président Les Républicains