Pour une baisse du prix du carburant à la pompe

Madame, Monsieur, Cher(e)s Ami(e)s,

Vous savez combien les déplacements en véhicule sont importants et sans alternative en zone rurale et particulièrement en Ardèche.

Une pétition contre la hausse des prix des carburants a dépassé les 800.000 signatures, alors que plusieurs opérations escargot sont prévues partout en France en signe de protestation le 17 novembre 2018.

Cette pétition a été lancée par une automobiliste en colère, Priscilla Ludosky, pour demander « une baisse des prix du carburant à la pompe ».

Je vous invite à signer cette pétition également afin de protester contre cette hausse des prix des carburants.

Jean-Claude FLORY
Maire de Vals-les-Bains, Conseiller Régional

Signer la Pétition

Blocage National contre la hausse du carburant secteur Aubenas

Veuillez trouver ci-dessous une information présente sur les réseaux sociaux concernant le blocage national contre la hausse du carburant à Aubenas le 17 Novembre 2018

Que payez-vous vraiment en faisant le plein de carburant ?

Les différentes taxes représentent environ 60% du prix d’un plein.

Lire l’article sur Franceinfo

Le chant des partisans, Vive la France

Le chant des partisans, certes, mais pourquoi faire ? Pour seulement rappeler à tous, aux français, aux européens, à ceux du monde entier, que, en France, nous sommes des hommes , nous sommes des femmes, qui vivent tous les jours avec nos familles, et que nous sommes un peuple libre. Cette liberté, personne ne pourra nous la prendre. Elle est le fruit de notre vécu, de nos batailles contre l’oppression. Cette oppression nous concerne pas. Cette liberté défend les valeurs qui définissent notre peuple, cette liberté définit notre histoire et nos repères mis en place par ceux qui nous ont précédés, et qui ne sont plus pour incarner le peuple français dans la Nation française. Les français sont des gaulois, certes. Ce sont des gens qui sont pas grand chose, et qui ne sont rien. Nous sommes des gaulois, et nous sommes fiers de l’être. Nous ne sommes pas grand chose. Nous sommes des gens qui ne sont rien. Mais nous incarnons la France notre beau pays que nous voulons garder. Nous avons la soif et nous avons aussi des dents quand on nous attaque. Nous savons nous en servir pour nous défendre. En France, la souveraineté appartient au peuple. Nous pouvons la confier, dans le cadre d’un mandat à des politiques à l’occasion d’une élection, mais nous pouvons aussi la reprendre, si nous sommes en présence d’un pouvoir à la dérive, qui s’est détaché des intérêts de la Nation. Entendez-vous cette colère qui remonte jusqu’à Paris ? C’est une colère qui vient de la province, elle vient du peuple et des territoires oubliés de la République. On en peu plus ! le raz le bol c’est maintenant !

LV

Laurent Wauquiez lance un plan d’aide aux artisans

Chers Amis,
Le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a annoncé cette semaine un plan sans précédent en faveur des artisans et des commerces de proximité.
Au total, 36 millions d’euros sont mobilisés à travers une batterie de dispositifs régionaux : prêt à taux zéro, aides directes, appel à projet, accompagnement et formation des artisans…
Ce plan d’aide aux artisans est primordial dans le contexte actuel, car l’économie de proximité constitue un acteur central de la vitalité et du maintien du lien social, notamment dans nos petites communes rurales.
Alors que le Gouvernement s’attaque à l’apprentissage et menace nos filières de formation, la région Auvergne-Rhône-Alpes s’engage pour accompagner ses commerces de proximité et points de vente d’artisans, garants du dynamisme économique et de l’emploi.
Avec ce plan ambitieux, Laurent Wauquiez prouve une fois de plus qu’il est déterminé à tout mettre en œuvre pour agir efficacement aux côtés de nos territoires ruraux.
A très bientôt,
L’équipe de la Droite Sociale

Vous aussi dites STOP à l’acharnement contre les automobilistes

Au 1er juillet prochain, la limitation de vitesse à 80km/h sera généralisée sur 400 000 kilomètres de routes. Après la hausse sans précédent des taxes sur le carburant et l’augmentation de 20% du prix des contrôles techniques, la France rurale et périurbaine ainsi que tous les automobilistes sont une nouvelle fois pris pour cibles par le gouvernement.

Est-il nécessaire de rappeler qu’en matière de sécurité routière, la limitation de vitesse n’est pas le seul levier d’action ? Qu’il n’y a pas de métro dans les campagnes françaises ? Qu’utiliser sa voiture, notamment pour aller travailler, n’est pas toujours un choix ?

Pourquoi le gouvernement refuse-t-il de rendre publics les résultats de l’expérimentation de la mesure qui démontrent son inefficacité ? Pourquoi décide-t-il autoritairement sans prendre en compte les besoins réels des territoires, au risque d’aggraver encore la fracture territoriale ?

En réalité, sous couvert d’une amélioration de la sécurité routière, le gouvernement ne cherche qu’une chose : augmenter ses rentrées budgétaires en prenant les automobilistes pour des tiroirs caisses.

Ce n’est pas sérieux. L’enjeu majeur de la sécurité routière mérite mieux que cela.

La France a besoin d’un véritable plan d’investissement pour sécuriser les routes accidentogènes, notamment celles du réseau secondaire. Un plan qui prenne en compte les causes structurelles de l’insécurité routière. Un plan qui soit élaboré par les élus locaux qui sont le mieux placés pour connaître la dangerosité de leurs routes.

Plutôt que d’être dans l’arbitraire et le tout répressif, exigeons du Président de la République et du gouvernement d’être au contraire au chevet des territoires pour les aider à sécuriser les routes concernées.

Ensemble, disons STOP aux mesures technocratiques ;
STOP à l’oubli de la France des territoires ;
STOP à l’acharnement contre les automobilistes.

Nous avons besoin de votre soutien pour défendre et faire entendre nos idées.
Nous comptons sur votre engagement et vous en remercions par avance.

Les Républicains en action !

 

Renaud Muselier : Perturbateurs endocriniens et glyphosate : la transparence évite les inquiétudes injustifiées.

Alors que le Parlement européen rejetait aujourd’hui une objection sur la définition des perturbateurs endocriniens et à la veille d’un vote déterminant sur la prolongation de la substance glyphosate sur le marché européen, le député européen Renaud Muselier a tenu à réagir sur ces sujets majeurs de santé publique. « Les conclusions des deux autorités de références sur le sujet sont claires. L’Autorité européenne de sécurité des aliments et l’Agence européenne des produits chimiques n’ont pas trouvé dans leurs enquêtes de lien entre le glyphosate et le cancer chez les humains. Alors que nous faisons parfaitement confiance au quotidien à ces deux organismes pour surveiller les produits présents sur le marché, leurs enquêtes seraient soudainement falsifiées ? Cela n’a pas de sens. »

« Beaucoup d’inquiétudes ont été nourries ces derniers mois par manque de transparence sur ces deux sujets majeurs. Il n’est pas normal que cela soit un comité d’experts que personne ne connait qui ait le dernier mot sur la prolongation ou non de substances déterminantes pour la santé des consommateurs mais aussi la compétitivité de notre agriculture. Cette opacité nourrit les thèses les plus complotistes sur Bruxelles, alimentant une nouvelle fois l’euroscepticisme ».

« En réalité, la responsabilité reviendra au gouvernement et pas à un comité d’experts car la substance glyphosate est interdite pour les collectivités françaises depuis le 1er janvier 2017. Si la prolongation de la substance n’est pas autorisée et en absence de solutions alternatives, notre agriculture sera une nouvelle fois en porte-à-faux par rapport à la concurrence internationale car nous serions les seuls à ne pas pouvoir utiliser le seul produit qui existe pour protéger les récoltes. Alors que le gouvernement est systématiquement en retard dans les paiements de la PAC, cela serait un nouveau coup dur dont nos agriculteurs ne se relèveraient pas.