Législatives du 11 et 18 mai prochains.

« Je ne cherche pas à les faire venir, je cherche à les déstabiliser en leur ouvrant les bras, pour que le coût de la rupture soit de leur côté. » Cette phrase lancée par Emmanuel Macron à son équipe durant la campagne et révélée par l’émission​ Envoyé Spécial le 11 mai dernier en dit long sur la stratégie du nouveau Président de la République.
Emmanuel Macron a été élu avec une majorité des suffrages exprimés : personne ne songe à le contester et il doit bénéficier du respect dû à ses fonctions. Mais Emmanuel Macron voudrait installer aujourd’hui l’idée que l’union contre le Front national ​au second tour de la présidentielle est une union nationale derrière le projet qu’il porte. Or, la réalité est tout autre : le fait que quatre candidats soient parvenus à rassembler près de 20% des suffrages lors du premier tour démontrent que les clivages sont bien présents. L’abstention record et le nombre historique de bulletins blancs démontrent qu’Emmanuel Macron est un Président de circonstance.
Derrière cela se cache la volonté d’installer une forme de parti unique qui regrouperait des élus représentant différentes sensibilités, de l’extrême gauche à la droite, mais qui seraient tous comptables de la politique d’Emmanuel Macron.
Avec cette stratégie totalement irresponsable, Emmanuel Macron joue à l’apprenti sorcier avec la démocratie ! Car la démocratie, c’est aussi l’alternance entre des partis de gouvernement. Or tenter d’effacer tous les clivages, c’est courir le risque d’installer une confrontation durable entre cette coalition difforme et les extrêmes, qui seront les seuls à incarner l’opposition et une alternative à la politique du gouvernement. L’autre danger majeur vient du fait que si les clivages de la société française ne peuvent plus s’exprimer par la politique, ils s’exprimeront dans la rue avec des violences.
Ce quinquennat est celui de la dernière chance, j’en ai pleinement conscience. Est-ce que nous devons pour autant nous associer sans condition à la politique d’Emmanuel Macron ? Je ne le crois pas. Alors que plus de 60% de nos concitoyens ne souhaitent pas que le Président de la République obtienne la majorité des sièges à l’Assemblée nationale selon un sondage, nous devons plus que jamais incarner et proposer les 11 et 18 juin prochains la véritable alternance que souhaitent les Français. La recomposition de notre échiquier politique est nécessaire mais c’est un pouvoir qui revient aux Français et à eux seuls. Je suis de droite, mes convictions n’ont jamais variées, c’est pourquoi je refuse que les législatives se réduisent à un choix binaire qui profiterait aux extrêmes.
Le projet que portent la droite et le centre et François Baroin est le plus fort face aux défis que représentent la lutte contre le terrorisme islamiste, l’insécurité et le communautarisme, il est le plus ambitieux pour résorber le chômage, relancer notre économie et redonner du pouvoir d’achat aux Français.
Dans ce contexte et plus que jamais, nous devons faire preuve de clarté et refuser toute confusion ou compromission. Clarté ne veut pas dire opposition systématique au Président de la République mais bien fidélité à nos valeurs et à nos convictions, celles-là même qui m’ont poussé à soutenir l’ensemble des textes antiterroristes proposés par le précédent gouvernement et qui doivent nous conduire à nous opposer à la hausse de la CSG proposée par Emmanuel Macron et ses candidats qui touchera de plein fouet nos concitoyens et en premier lieu les retraités.
Tomber aujourd’hui dans le piège tendu et annoncé on ne peut plus clairement par Emmanuel Macron, c’est faire le lit des extrêmes. Je m’y refuse et j’appelle tous les élus et électeurs de la droite et du centre à s’y opposer.
Eric Ciotti

Chers amis

Nous vous invitons au premier afterwork des législatives !

Venez échanger avec Christian Jacob, le Président de notre groupe à l’Assemblée nationale, qui coordonnera l’ensemble de la campagne des élections législatives au niveau national ainsi qu’avec Virginie Calmels, première adjointe au maire de Bordeaux, membre du comité politique des Républicains et présidente de DroiteLib

 

OÙ ? Café Louise au 155 Boulevard Saint-Germain – Métro Saint-Germain des Prés / Sèvres-Babylone.

QUAND ? Le mardi 16 mai à 19h.

QUI ? Tous les jeunes de la Droite et du Centre attachés à l’unité de notre famille politique sont conviés. Cap sur la campagne !

Rejoignez l’évènement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1907261576228625/

Ensemble, bâtissons une Majorité Pour La France !

La Droite et le Centre peuvent encore gagner. L’alternance déterminée que nous appelons de nos vœux depuis 5 ans se décidera à l’occasion des élections législatives, les 11 et 18 juin prochains.   En cette année électorale, nos valeurs doivent être notre repère : la restauration de l’autorité de l’Etat, l’opposition à la montée des communautarismes, le mérite, l’effort et la responsabilité, voilà ce qui doit guider l’action du futur gouvernement pour faire reculer l’assistanat, la peur de l’échec et l’insécurité. La France doit retrouver la voix qu’elle avait dans le monde, peser au sein de l’Europe et être un fer de lance contre les menaces globales, à commencer par le terrorisme islamiste.  Après ce quinquennat de François Hollande achevé par dépit et l’élection d’Emmanuel Macron par défaut, la tâche s’annonce immense pour rebâtir un destin français. Seule une majorité Les Républicains-UDI à l’Assemblée Nationale sera capable de mener les réformes courageuses si nécessaires à notre pays.

Nous les jeunes, de la Droite et du Centre sommes fermes dans nos convictions, constants dans nos choix et fiers de notre héritage. Nous qui sommes tant attachés à l’unité de notre famille politique ne supportons pas l’idée que le spectre de la division puisse à nouveau menacer nos chances de victoire. Les Républicains ont su trouver la force, sous l’autorité de Nicolas Sarkozy, de s’unir autour d’un nom et d’un nouveau parti traduisant notre attachement profond aux valeurs de la République. Tel est notre héritage, il nous impose d’en être à la hauteur. Nous relevons ce défi !

Aujourd’hui, Nous les jeunes n’est plus le mouvement d’un candidat mais bien celui de tous les jeunes de la Droite et du Centre attachés à l’unité d’un parti, aux valeurs que nous étions fiers de porter hier et que nous continuerons demain à défendre avec la même ardeur.     Cette campagne législative ne ressemble en rien aux précédentes. Nous appelons tous les jeunes de la Droite et du Centre à nous rejoindre sur le terrain pour faire campagne. Notre volonté demeure intacte : offrir à la France une véritable alternance.

Reprenons la route ! 

Nous les jeunes

Cet email a été envoyé à , cliquez ici pour vous désabonner.

Soutien à nos candidats

les Républicains
 
 
Mes chers amis,
 
J’ai le plaisir de vous convier à la Réunion Publique de soutien à nos candidats aux législatives, autour de notre chef de file, François Baroin, qui se déroulera :
Mardi 23 mai 2017,
à 19h
(ouverture des portes à 17h30)
à Lyon,
Espace Agora,
23 rue du Lavoir,
69330 Jonage
 
Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, merci de bien vouloir vous inscrire :
S’INSCRIRE
Je compte sur votre présence et votre mobilisation à l’occasion de ce grand rendez-vous. Nous avons besoin de chacune et de chacun de vous, adhérents de l’Ain, de l’Allier, de l’Ardèche, du Cantal, de la Drôme, de l’Isère, de la Loire, de la Haute-Loire, du Puy-de-Dôme, du Rhône, de la Savoie et de la Haute-Savoie, pour défendre nos valeurs et obtenir la majorité large espérée et attendue par des millions de Français qui ne se reconnaissent pas dans les idées du nouveau Président de la République.
 
Face au bilan catastrophique de la Gauche et à la victoire d’Emmanuel Macron, nous devons nous rassembler pour faire triompher nos valeurs et convictions.
 
Ensemble, avec François Baroin, avec chacune et chacun de vous, donnons une Majorité pour la France !
 
Bien fidèlement,
Bernard Accoyer,
Secrétaire général des Républicains
 

Au dernier jour de campagne de l’élection présidentielle, monsieur Macron se montre d’une irresponsabilité inquiétante

05 MAI 2017

Oubliant que le Bureau politique des Républicains, au nom d’une certaine idée de la France et de la République, a appelé à faire battre Marine LE PEN, Monsieur MACRON, ce matin dans le Parisien, souhaite la disparition du principal mouvement de la Droite et du Centre, premier parti de France. Ce sont des déclarations arrogantes, mensongères et irresponsables.

Jamais Jacques CHIRAC, en 2002, n’aurait appelé à la dislocation du Parti socialiste. Jamais, dans un moment aussi grave et alors que Monsieur MACRON entend occuper la plus haute fonction de l’Etat, Jacques CHIRAC ne se serait livré à des jeux politiciens hasardeux. Jamais, enfin, il n’aurait fait preuve d’une telle inélégance à l’égard de tous les électeurs qui ne l’ont pas choisi au premier tour, comme de la très grande majorité des élus et responsables LR ayant ouvertement appelé à voter pour lui le 7 mai prochain. Cette attitude de Monsieur MACRON ne laisse pas d’inquiéter pour l’avenir.

Pour ce qui est de ses prédictions concernant la solidité de notre famille politique, Monsieur MACRON, par ses déclarations arrogantes et irresponsables, prend ses désirs pour des réalités. Notre famille politique a une histoire forte et un avenir certain. Dès le lendemain de l’élection présidentielle, nous conduirons une campagne législative d’alternance, autour de François BAROIN avec nos alliés de l’UDI. Une alternance dont notre pays a tant besoin après cinq ans de « Hollandisme ».

J’invite Monsieur MACRON à comprendre que son élection ne sera pas le résultat d’un débat de campagne présidentielle normal, dont les Français ont été privés, et à admettre que ce sera le vote des Français aux élections législatives qui décidera démocratiquement de la majorité et donc de la politique qu’ils auront choisie pour la France.

Les tentatives de débauchage individuel ou les aventures individuelles au lendemain de son élection, ne sauraient remplacer la liberté de nos compatriotes à choisir leur avenir les 11 et 18 juin prochains.

Bernard ACCOYER
Secrétaire général des Républicains

Liste des candidats investis par la commission nationale d’investiture aux législatives des 11 et 18 juin

Découvrez la liste des candidats investis par la Commission Nationale d’Investiture pour les élections législatives.

01 – Ain
1ère circonscription : Xavier Breton
2ème circonscription : Charles de la Verpillière
3ème circonscription : Stéphanie Pernod-Beaudon
4ème circonscription : Michel Voisin
5ème circonscription : Damien Abad

02 – Aisne
1ère circonscription : Christophe Coulon
2ème circonscription : Julien Dive
3ème circonscription : Frédéric Meura
4ème circonscription : Isabelle Létrillart
5ème circonscription : Réservée

03 – Allier
1ère circonscription : Pierre-André Perissol
2ème circonscription : Daniel Duglery
3ème circonscription : Gabriel Maquin

04 – Alpes-de-Haute-Provence
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Sébastien Ginet

05 – Hautes-Alpes
1ère circonscription : Catherine Asso
2ème circonscription : Réservée

06 – Alpes-Maritimes
1ère circonscription : Éric Ciotti
2ème circonscription : Anne Sattonnet
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Xavier Beck
5ème circonscription : Marine Brenier
6ème circonscription : Laurence Trastour
7ème circonscription : Eric Pauget
8ème circonscription : Bernard Brochand
9ème circonscription : Michèle Tabarot

07 – Ardèche
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Marc-Antoine Quenette
3ème circonscription : Fabrice Brun

08 – Ardennes
1ère circonscription : Bérengère Poletti
2ème circonscription : Pierre Cordier
3ème circonscription : Jean-Luc Warsmann

09 – Ariège
1ère circonscription : Marie-Noëlle Samarq
2ème circonscription : Philippe Calleja

10 – Aube
1ère circonscription : Nicolas Dhuicq
2ème circonscription : Jean-Claude Mathis
3ème circonscription : Gérard Menuel

11 – Aude
1ère circonscription : Miren de Lorgeril
2ème circonscription : Michel Py
3ème circonscription : Catherine Vergé

12 – Aveyron
1ère circonscription : Yves Censi
2ème circonscription : André At
3ème circonscription : Arnaud Viala

13 – Bouches-du-Rhône
1ère circonscription : Valérie Boyer
2ème circonscription : Dominique Tian
3ème circonscription : Richard Miron
4ème circonscription : Solange Biaggi
5ème circonscription : Yves Moraine
6ème circonscription : Guy Teissier
7ème circonscription : Réservée
8ème circonscription : Sandra Dalbin
9ème circonscription : Bernard Deflesselles
10ème circonscription : Richard Mallié
11ème circonscription : Christian Kert
12ème circonscription : Eric Diard
13ème circonscription : Réservée
14ème circonscription : Stéphane Paoli
15ème circonscription : Bernard Reynès
16ème circonscription : Marie-Pierre Callet

14 – Calvados
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Aminthe Renouf
3ème circonscription : Sébastien Leclerc
4ème circonscription : Nicole Ameline
5ème circonscription : Cédric Nouvelot
6ème circonscription : Réservée

15 – Cantal
1ère circonscription : Vincent Descoeur
2ème circonscription : Jean-Yves Bony

16 – Charente
1ère circonscription : Elise Vouvet-Laguionnie
2ème circonscription : Daniel Sauvaitre
3ème circonscription : Réservée

17 – Charente-Maritime
1ère circonscription : Bruno Leal
2ème circonscription : Sylvie Marcilly
3ème circonscription : Frédéric Neveu
4ème circonscription : Loïc Girard
5ème circonscription : Didier Quentin

18 – Cher
1ère circonscription : Wladimir d’Ormesson
2ème circonscription : Sophie Bertrand
3ème circonscription : Louis Cosyns

19 – Corrèze
1ère circonscription : Françoise Beziat
2ème circonscription : Réservée

2A – Corse-du-Sud
1ère circonscription : Jean-Jacques Ferrara
2ème circonscription : Camille de Rocca-Serra

2B – Haute-Corse
1ère circonscription : Sauveur Gandolfi-Scheit
2ème circonscription : Stéphanie Grimaldi

21 – Côte-d’Or
1ère circonscription : Anne Erschens
2ème circonscription : Rémi Delatte
3ème circonscription : Pascale Caravel-Fauguet
4ème circonscription : Réservée
5ème circonscription : Hubert Poullot

22 – Côtes-d’Armor
1ère circonscription : Sylvie Grondin
2ème circonscription : Didier Deru
3ème circonscription : Marc Le Fur
4ème circonscription : Martine Tison
5ème circonscription : Réservée

23 – Creuse
1ère circonscription : Jérémie Sauty

24 – Dordogne
1ère circonscription : Laurent Mossion
2ème circonscription : Gaëlle Blanc-Lajoinie
3ème circonscription : Isabelle Hyvoz
4ème circonscription : Jérôme Peyrat

25 – Doubs
1ère circonscription : Françoise Branget
2ème circonscription : Ludovic Fagaut
3ème circonscription : Frédéric Cartier
4ème circonscription : Valère Nedey
5ème circonscription : Annie Genevard

26 – Drôme
1ère circonscription : Marlène Mourier
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Emmanuelle Anthoine

27 – Eure
1ère circonscription : Bruno Le Maire
2ème circonscription : Jean-Paul Legendre
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Réservée
5ème circonscription : Alexandre Rassaërt

28 – Eure-et-Loir
1ère circonscription : Franck Masselus
2ème circonscription : Olivier Marleix
3ème circonscription : Laure de la Raudière
4ème circonscription : Réservée

29 – Finistère
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Véronique Bourbigot
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Maël de Calan
5ème circonscription : Patrick Leclerc
6ème circonscription : Gaëlle Nicolas
7ème circonscription : Didier Guillon
8ème circonscription : Laetitia Boidin

30 – Gard
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Pascale Mourrut
3ème circonscription : Muriel Dherbecourt
4ème circonscription : Valérie Meunier
5ème circonscription : Léa Boyer
6ème circonscription : Richard Flandin

31 – Haute-Garonne
1ère circonscription : Francois Chollet
2ème circonscription : Christine Gennaro-Saint
3ème circonscription : Laurence Arribagé
4ème circonscription : Bertrand Serp
5ème circonscription : Réservée
6ème circonscription : Damien Laborde
7ème circonscription : Françoise Borret
8ème circonscription : Réservée
9ème circonscription : Simone Pauzin-Fournié
10ème circonscription : Arnaud Lafon

32 – Gers
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Barbara Neto

33 – Gironde
1ère circonscription : Nicolas Florian
2ème circonscription : Anne Valryck
3ème circonscription : Alexandre Gourd
4ème circonscription : Réservée
5ème circonscription : Florence Legrand
6ème circonscription : Réservée
7ème circonscription : Karine Roux-Labat
8ème circonscription : Yves Foulon
9ème circonscription : Michel Dufranc
10ème circonscription : Jean-Paul Garraud
11ème circonscription : Mireille Conte-Jaubert
12ème circonscription : Yves d’Amecourt

34 – Hérault
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Nancy Canaud
3ème circonscription : Catherine Dardé
4ème circonscription : Laurence Cristol
5ème circonscription : Catherine Rouillé-Pasquali
6ème circonscription : Elie Aboud
7ème circonscription : Laurence Magne
8ème circonscription : Arnaud Julien
9ème circonscription : Joëlle Jenin-Vignaud

35 – Ille-et-Vilaine
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Bertrand Plouvier
3ème circonscription : Melina Parmentier
4ème circonscription : Jean-Marc Carreau
5ème circonscription : Isabelle Le Callennec
6ème circonscription : Réservée
7ème circonscription : Gilles Lurton
8ème circonscription : Amélie Dhalluin

36 – Indre
1ère circonscription : Paulette Picard
2ème circonscription : Nicolas Forissier

37 – Indre-et-Loire
1ère circonscription : Céline Ballesteros
2ème circonscription : Claude Greff
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Hervé Novelli
5ème circonscription : Philippe Briand

38 – Isère
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Magalie Vicente
3ème circonscription : Elodie Léger
4ème circonscription : Sandrine Martin-Grand
5ème circonscription : Philippe Langenieux-Villard
6ème circonscription : Alain Moyne-Bressand
7ème circonscription : Yannick Neuder
8ème circonscription : Maryline Silvestre
9ème circonscription : Bruno Gattaz
10ème circonscription : Vincent Chriqui

39 – Jura
1ère circonscription : Cyrille Brero
2ème circonscription : Marie-Christine Dalloz
3ème circonscription : Jean-Marie Sermier

40 – Landes
1ère circonscription : Marie-Françoise Nadau
2ème circonscription : Sylviane Pacot
3ème circonscription : Réservée

41 – Loir-et-Cher
1ère circonscription : Damien Hénault
2ème circonscription : Guillaume Peltier
3ème circonscription : Réservée

42 – Loire
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Alexandra Custodio
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Dino Cinieri
5ème circonscription : Clothilde Robin
6ème circonscription : Paul Salen

43 – Haute-Loire
1ère circonscription : Laurent Wauquiez
2ème circonscription : Jean-Pierre Vigier

44 – Loire-Atlantique
1ère circonscription : Julien Bainvel
2ème circonscription : Sébastien Pilard
3ème circonscription : Rozenn Hamel
4ème circonscription : Réservée
5ème circonscription : Réservée
6ème circonscription : Alain Hunault
7ème circonscription : Franck Louvrier
8ème circonscription : Florence Beuvelet
9ème circonscription : Claire Hugues
10ème circonscription : Jérôme Guiho

45 – Loiret
1ère circonscription : Charles-Eric Lemaignen
2ème circonscription : Serge Grouard
3ème circonscription : Claude de Ganay
4ème circonscription : Jean-Pierre Door
5ème circonscription : Marianne Dubois
6ème circonscription : Réservée

46 – Lot
1ère circonscription : Aurélien Pradié
2ème circonscription : Réservée

47 – Lot-et-Garonne
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Émilien Roso
3ème circonscription : Jean-Louis Costes

48 – Lozère
1ère circonscription : Pierre Morel-à-l’Huissier

49 – Maine-et-Loire
1ère circonscription : Caroline Fel
2ème circonscription : Maxence Henry
3ème circonscription : Jean-Charles Taugourdeau
4ème circonscription : Réservée
5ème circonscription : Réservée
6ème circonscription : André Martin
7ème circonscription : Étienne Glémot

50 – Manche
1ère circonscription : Philippe Gosselin
2ème circonscription : Guénhaël Huet
3ème circonscription : Jean-Manuel Cousin
4ème circonscription : Sophie Guyon

51 – Marne
1ère circonscription : Valérie Beauvais
2ème circonscription : Catherine Vautrin
3ème circonscription : Rachel Paillard
4ème circonscription : Lise Magnier
5ème circonscription : Réservée

52 – Haute-Marne
1ère circonscription : Adrien Guéné
2ème circonscription : François Cornut-Gentille

53 – Mayenne
1ère circonscription : Samia Soultani-Vigneron
2ème circonscription : Guillaume Chevrollier
3ème circonscription : Réservée

54 – Meurthe-et-Moselle
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Valérie Debord
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Thibault Bazin
5ème circonscription : Philippe Morenvillier
6ème circonscription : Lise Roseleur

55 – Meuse
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Pierre Regent

56 – Morbihan
1ère circonscription : Christine Penhouêt
2ème circonscription : Philippe Le Ray
3ème circonscription : Soizic Perrault
4ème circonscription : Marie-Hélène Herry
5ème circonscription : Marie-Claude Gaudin
6ème circonscription : Anne-Maud Goujon

57 – Moselle
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Jean François
3ème circonscription : Marie-Jo Zimmermann
4ème circonscription : Fabien di Filippo
5ème circonscription : Céleste Lett
6ème circonscription : Pierre Lang
7ème circonscription : Réservée
8ème circonscription : Eliane Assioma
9ème circonscription : Pauline Lapointe-Zordan

58 – Nièvre
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Annie Legrain

59 – Nord
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Florence Bariseau
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Jacques Houssin
5ème circonscription : Sébastien Huyghe
6ème circonscription : Thierry Lazaro
7ème circonscription : Réservée
8ème circonscription : Léonard Delcourt
9ème circonscription : Bernard Gérard
10ème circonscription : Vincent Ledoux
11ème circonscription : Karine Charbonnier-Beck
12ème circonscription : Marjorie Gosselet-Cambrai
13ème circonscription : Réservée
14ème circonscription : Paul Christophe
15ème circonscription : Jean-Pierre Bataille
16ème circonscription : Nacéra Soltani
17ème circonscription : Frederic Nihous
18ème circonscription : Réservée
19ème circonscription : Olivier Capron
20ème circonscription : Réservée
21ème circonscription : Réservée

60 – Oise
1ère circonscription : Olivier Dassault
2ème circonscription : Alexiss Mancel
3ème circonscription : Frederique Leblanc
4ème circonscription : Eric Woerth
5ème circonscription : Pierre Vatin
6ème circonscription : Éric de Valroger
7ème circonscription : Maxime Minot

61 – Orne
1ère circonscription : Bertrand Deniaud
2ème circonscription : Véronique Louwagie
3ème circonscription : Jérôme Nury

62 – Pas-de-Calais
1ère circonscription : Michel Petit
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Sabine Banach
4ème circonscription : Daniel Fasquelle
5ème circonscription : Fabienne Chochois
6ème circonscription : Jean-Michel Taccoen
7ème circonscription : Pierre-Henri Dumont
8ème circonscription : Réservée
9ème circonscription : Pierre-Emmanuel Gibson
10ème circonscription : Nesredine Ramdani
11ème circonscription : Alexandrine Pintus
12ème circonscription : Caroline Meloni

63 – Puy-de-Dôme
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Stéphanie Flori-Dutour
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Bertrand Barraud
5ème circonscription : Myriam Fougere

64 – Pyrénées-Atlantiques
1ère circonscription : Pauline Roy
2ème circonscription : Eric Saubatte
3ème circonscription : Pierre Saulnier
4ème circonscription : Marc Oxibar
5ème circonscription : Caroline Oustalet
6ème circonscription : Maïder Arosteguy

65 – Hautes-Pyrénées
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Clément Menet

66 – Pyrénées-Orientales
1ère circonscription : Daniel Mach
2ème circonscription : Fernand Siré
3ème circonscription : Danièle Pages
4ème circonscription : Jacqueline Irles

67 – Bas-Rhin
1ère circonscription : Elsa Schalck
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Georges Schuler
4ème circonscription : Sophie Rohfritsch
5ème circonscription : Antoine Herth
6ème circonscription : Laurent Furst
7ème circonscription : Patrick Hetzel
8ème circonscription : Frédéric Reiss
9ème circonscription : Etienne Wolf

68 – Haut-Rhin
1ère circonscription : Éric Straumann
2ème circonscription : Jacques Cattin
3ème circonscription : Jean-Luc Reitzer
4ème circonscription : Raphael Schellenberger
5ème circonscription : Olivier Becht
6ème circonscription : Réservée

69 – Rhône
1ère circonscription : Anne Lorne
2ème circonscription : Laurence Balas
3ème circonscription : Nora Berra
4ème circonscription : Dominique Nachury
5ème circonscription : Philippe Cochet
6ème circonscription : Emmanuelle Haziza
7ème circonscription : Alexandre Vincendet
8ème circonscription : Patrice Verchère
9ème circonscription : Bernard Perrut
10ème circonscription : Christophe Guilloteau
11ème circonscription : Georges Fenech
12ème circonscription : Jérôme Moroge
13ème circonscription : Philippe Meunier
14ème circonscription : Réservée

70 – Haute-Saône
1ère circonscription : Dimitri Doussot
2ème circonscription : Isabelle Géhin

71 – Saône-et-Loire
1ère circonscription : Jean-Patrick Courtois
2ème circonscription : Josiane Corneloup
3ème circonscription : Charles Landre
4ème circonscription : Stéphane Gros
5ème circonscription : Gilles Platret

72 – Sarthe
1ère circonscription : Christelle Morançais
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Béatrice Pavy
4ème circonscription : Emmanuel Franco
5ème circonscription : Jean-Carles Grelier

73 – Savoie
1ère circonscription : Dominique Dord
2ème circonscription : Vincent Rolland
3ème circonscription : Emilie Bonnivard
4ème circonscription : Réservée

74 – Haute-Savoie
1ère circonscription : Annabel André-Laurent
2ème circonscription : Lionel Tardy
3ème circonscription : Martial Saddier
4ème circonscription : Virginie Duby-Muller
5ème circonscription : Patricia Mahut
6ème circonscription : Sophie Dion

75 – Paris
1ère circonscription : Jean-François Legaret
2ème circonscription : Nathalie Kosciusco-Morizet
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Brigitte Kuster
5ème circonscription : Déborah Pawlik
6ème circonscription : Réservée
7ème circonscription : Vincent Roger
8ème circonscription : Valérie Montandon
9ème circonscription : Laure Esquieu
10ème circonscription : Sandrine Richard
11ème circonscription : Jean-Pierre Lecoq
12ème circonscription : Philippe Goujon
13ème circonscription : Jean-François Lamour
14ème circonscription : Claude Goasguen
15ème circonscription : Atanase Périfan
16ème circonscription : Anne-Constance Onghena
17ème circonscription : Babette de Rozières
18ème circonscription : Pierre-Yves Bournazel

76 – Seine-Maritime
1ère circonscription : Jean-François Bures
2ème circonscription : Françoise Guégot
3ème circonscription : Jonas Haddad
4ème circonscription : Marie-Hélène Roux
5ème circonscription : Jean Delalandre
6ème circonscription : Réservée
7ème circonscription : Agnès Firmin Le Bodo
8ème circonscription : Sébastien Tasserie
9ème circonscription : Réservée
10ème circonscription : Charles d’Anjou

77 – Seine-et-Marne
1ère circonscription : Denis Jullemier
2ème circonscription : Valérie Lacroute
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Christian Jacob
5ème circonscription : Franck Riester
6ème circonscription : Jean-François Parigi
7ème circonscription : Yves Albarello
8ème circonscription : Chantal Brunel
9ème circonscription : Guy Geoffroy
10ème circonscription : Réservée
11ème circonscription : Natacha Bedhiaf

78 – Yvelines
1ère circonscription : François-Xavier Bellamy
2ème circonscription : Pascal Thevenot
3ème circonscription : Philippe Brillault
4ème circonscription : Ghislain Fournier
5ème circonscription : Jacques Myard
6ème circonscription : Pierre Morange
7ème circonscription : Réservée
8ème circonscription : Michel Vialay
9ème circonscription : Jean-Marie Tétart
10ème circonscription : Jean-Frédéric Poisson
11ème circonscription : Jean-Michel Fourgous
12ème circonscription : David Douillet

79 – Deux-Sèvres
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Severine Vachon
3ème circonscription : Véronique Schaaf-Gauthier

80 – Somme
1ère circonscription : Stéphane Decayeux
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Emmanuel Maquet
4ème circonscription : Martin Domise
5ème circonscription : Réservée

81 – Tarn
1ère circonscription : Anne-Michèle Bianchi
2ème circonscription : Pascal Grandin
3ème circonscription : Bernard Carayon

82 – Tarn-et-Garonne
1ère circonscription : Thierry Deville
2ème circonscription : Mathieu Albugues

83 – Var
1ère circonscription : Geneviève Levy
2ème circonscription : Philippe Vitel
3ème circonscription : Jean-Louis Masson
4ème circonscription : Françoise Dumont
5ème circonscription : Guillaume Decard
6ème circonscription : Marc Lauriol
7ème circonscription : Jean-Sébastien Vialatte
8ème circonscription : Olivier Audibert-Troin

84 – Vaucluse
1ère circonscription : Stéphanie Parry
2ème circonscription : Jean-Claude Bouchet
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Jean-François Perilhou
5ème circonscription : Julien Aubert

85 – Vendée
1ère circonscription : Alain Leboeuf
2ème circonscription : Béatrice Bellamy
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Réservée
5ème circonscription : Jean-Michel Lalère

86 – Vienne
1ère circonscription : Jacqueline Daigre
2ème circonscription : Olivier Chartier
3ème circonscription : Enguerrand Delannoy
4ème circonscription : Réservée

87 – Haute-Vienne
1ère circonscription : Sarah Gentil
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Guillaume Guerin

88 – Vosges
1ère circonscription : Stéphane Viry
2ème circonscription : Gérard Cherpion
3ème circonscription : Patrick Lagarde
4ème circonscription : Jean-Jacques Gaultier

89 – Yonne
1ère circonscription : Guillaume Larrivé
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Clarisse Quentin

90 – Territoire-de-Belfort
1ère circonscription : Ian Boucard
2ème circonscription : Réservée

91 – Essonne
1ère circonscription : Caroline Varin
2ème circonscription : Franck Marlin
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Agnès Evren
5ème circonscription : Laure Darcos
6ème circonscription : Réservée
7ème circonscription : Robin Reda
8ème circonscription : Réservée
9ème circonscription : Véronique Carantois
10ème circonscription : Réservée

92 – Hauts-de-Seine
1ère circonscription : Nadia Frontigny
2ème circonscription : Marie-Do Aeschlimann
3ème circonscription : Jean Spiri
4ème circonscription : Camille Bedin
5ème circonscription : Arnaud de Courson
6ème circonscription : Constance Le Grip
7ème circonscription : Eric Berdoati
8ème circonscription : Gilles Boyer
9ème circonscription : Thierry Solere
10ème circonscription : Réservée
11ème circonscription : Réservée
12ème circonscription : Philippe Pemezec
13ème circonscription : Georges Siffredi

93 – Seine-Saint-Denis
1ère circonscription : Marina Venturini
2ème circonscription : Hayette Hamidi
3ème circonscription : Réservée
4ème circonscription : Christine Cerrigone
5ème circonscription : Réservée
6ème circonscription : Réservée
7ème circonscription : Manon Laporte-Sieraczek
8ème circonscription : Patrice Calmejane
9ème circonscription : Réservée
10ème circonscription : Alain Ramadier
11ème circonscription : Christine Perron
12ème circonscription : Réservée

94 – Val-de-Marne
1ère circonscription : Sylvain Berrios
2ème circonscription : Thierry Hebbrecht
3ème circonscription : Didier Gonzales
4ème circonscription : Marie-Carole Ciuntu
5ème circonscription : Gilles Carrez
6ème circonscription : Patrick Beaudouin
7ème circonscription : Vincent Jeanbrun
8ème circonscription : Michel Herbillon
9ème circonscription : Bernadette Herault
10ème circonscription : Marie Andria
11ème circonscription : Audrey Gaudron

95 – Val-d’Oise
1ère circonscription : Antoine Savignat
2ème circonscription : Axel Poniatowski
3ème circonscription : Nicole Lanaspre
4ème circonscription : Claude Bodin
5ème circonscription : Gilles Savry
6ème circonscription : Luc Strehaiano
7ème circonscription : Jérôme Chartier
8ème circonscription : Réservée
9ème circonscription : Anthony Arciero
10ème circonscription : Virginie Tinland

971 – Guadeloupe
1ère circonscription : Alix Huygues-Beaufond
2ème circonscription : Laurent Bernier
3ème circonscription : Sylvie Chammougom-Anno
4ème circonscription : Sonia Petro

972 – Martinique
1ère circonscription : Karine Mousseau
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Miguel Laventure
4ème circonscription : Sylvia Saïthsoothane

973 – Guyane
1ère circonscription : Béatrice Bernus
2ème circonscription : Réservée

974 – La Réunion
1ère circonscription : Jean-Jacques Morel
2ème circonscription : Cyril Melchior
3ème circonscription : Nathalie Bassire
4ème circonscription : David Lorion
5ème circonscription : Daniel Gonthier
6ème circonscription : Réservée
7ème circonscription : Sandra Sinimalé

975 – Saint-Pierre-et-Miquelon
1ère circonscription : Réservée

976 – Mayotte
1ère circonscription : Elad Chakrina
2ème circonscription : Mansour Kamardine

Saint-Barthélemy et Saint-Martin
1ère circonscription : Claire Javois

986 – Wallis-et-Futuna
1ère circonscription : Hervé Delord

987 – Polynésie française
1ère circonscription : Réservée
2ème circonscription : Réservée
3ème circonscription : Réservée

988 – Nouvelle-Calédonie
1ère circonscription : Bernard Deladrière
2ème circonscription : Réservée

Français établis hors de France
1ère circonscription : Frédéric Lefebvre
2ème circonscription : Pascal Drouhaud
3ème circonscription : Laurence Azzena-Gougeon
4ème circonscription : Valérie Bros-Khoury
5ème circonscription : Laurence Sailliet
6ème circonscription : Claudine Schmid
7ème circonscription : Philippe Gustin
8ème circonscription : Réservée
9ème circonscription : Erwan Davoux
10ème circonscription : Alain Marsaud
11ème circonscription : Thierry Mariani

Investitures En Marche : Opération marketing pour recycler la gauche.

11 MAI 2017

A l’issue d’une conférence de presse qui s’est longtemps fait attendre, En Marche procède à une synthèse très hollandaise du « renouvellement ». 100% des parlementaires investis par En Marche sont des socialistes !

Quant aux candidats dits de la « société civile », beaucoup de conseillers ministériels voire élyséens sortant de la Hollandie y figurent.

En outre, à un mois du 1er tour des élections législatives, il est stupéfiant d’apprendre que ce mouvement, qui entend gouverner la France, n’a pas de candidats dans plus d’un quart des circonscriptions.

Ces candidats qui, pour beaucoup sont novices, n’auront pas le temps de mener une campagne de terrain, d’écoute et d’échanges avec les habitants des territoires où ils ont été investis. Ils demanderont donc à leurs électeurs un chèque en blanc.

Au sein des Républicains, nous avons veillé à un fort renouvellement, avec 60% de nouveaux candidats, mais nous revendiquons aussi l’expérience et l’ancrage pour prétendre accéder à une fonction aussi exigeante que difficile, celle de député de la Nation. L’investiture de candidats ne peut se résumer à une opération de marketing. Il en va d’une conception rigoureuse  de la République.

Toutes les tentatives de débauchage de ces derniers jours ont échoué. Preuve que les membres de notre famille politique ont des convictions sincères, réelles et solides.

Avec nos partenaires de l’UDI nous sommes en ordre de bataille, autour de François BAROIN, pour mener une campagne et donner à notre pays une majorité claire et cohérente.

 

Bernard Accoyer

Secrétaire général des Républicains

Les Républicains et l’UDI en ordre de bataille pour les législatives des 11 et 18 juin prochain

10 MAI 2017

Parce que l’élection présidentielle s’est déroulée « dans des conditions extravagantes », et que les Français ont été « privés d’un débat démocratique essentiel », le Secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, juge que le scrutin des élections législatives des 11 et 18 juin prochain sera « primordial parce qu’il sera « le seul moment d’une consultation démocratique pour nos compatriotes ».

https://cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2Fvideoseries%3Fwmode%3Dtransparent%26list%3DPLIu38sp6fmvZaNJ0n1cbsC88DBF3Y9e1O&wmode=transparent&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fplaylist%3Flist%3DPLIu38sp6fmvZaNJ0n1cbsC88DBF3Y9e1O&image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2F2i979-zQkVc%2Fhqdefault.jpg%3Fcustom%3Dtrue%26w%3D168%26h%3D94%26stc%3Dtrue%26jpg444%3Dtrue%26jpgq%3D90%26sp%3D68%26sigh%3D0_KhIripo44pzC1smiQ1TzOs5W8&key=e1208cbfb854483e8443b1ed081912ee&type=text%2Fhtml&schema=youtube

Cette analyse, Bernard Accoyer l’a de nouveau partagée alors qu’il participait, mercredi matin, aux côtés de François Baroin, chef de file de l’équipe de campagne de la droite et du centre pour les élections législatives, Christian Jacob, président du Comité de campagne, Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, Hervé Morin, président du Nouveau Centre et de très nombreux cadres de notre famille politique, à la présentation du projet législatif que porteront Les Républicains et l’UDI dans les 577 circonscriptions. L’occasion pour Bernard Accoyer de rappeler que Les Républicains « préparent depuis deux ans et dans l’unité avec l’UDI » les élections législatives.

« C’est de la majorité issue du scrutin des législatives que relèvera la politique qui sera conduite dans les années à venir », note avec gravité Bernard Accoyer observant que « le socle que constitue le bloc Les Républicains -UDI reste en responsabilité » et qu’il est « l’un des derniers points constant et solide de la vie politique française ».

« Notre analyse politique n’est pas la lecture du soir du second tour mais bien la réalité d’un pays fracturé comme jamais avec 4 blocs à 20% et qui justifie pleinement que nous ayons corrigé, amendé, amélioré, enrichi notre projet pour être en phase avec les attentes des Français », poursuit François Baroin qui a présenté avec Eric Woerth, les principaux axes du programme d’une « Majorité pour la France » qui sera l’étiquette et le slogan de nos candidats qui porteront les couleurs de l’union de la droite et du centre, celles des Républicains et de l’UDI.
Rendant hommage « au courage, à la ténacité et la manière » dont François Fillon a créé « les conditions d’une attention autour d’une alternance sans équivoque et d’un changement en profondeur de notre société sur les plans économique et social, sur la restauration de l’autorité de l’état, sur le réarmement de l’Etat, sur la cohésion sociale, sur l’équilibre des territoires », François Baroin a indiqué que le projet d’une Majorité pour la France « gardait la vélocité, l’énergie du projet de notre candidat » et en même temps était un « projet de rassemblement qui aura entendu le message des Français ».
« Notre projet politique est donner une majorité pour la France sur la base de nos valeurs, de nos convictions, de nos engagements et sur la base du projet législatif », souligne François Baroin pour qui ce projet s’articule autour de cinq contrats passés avec les Français pour redresser le pays : plein-emploi et pouvoir d’achat sans hausse d’impôts et avec baisse de l’impôt sur le revenu ; restauration de l’autorité de l’Etat ; équité entre tous les Français ; renouvellement et modernisation de la vie publique ; mesures spécifiques envers la jeunesse.

« C’est clairement un projet pour faire réussir la France et qui s’inscrit dans l’idée que pour réussir notre pays doit atteindre le plein emploi. On garde cet objectif majeur qui est celui de la compétitivité des entreprises, l’idée du CICE transformé en baisse de charges, on ajoute une diminution de charges patronales, on allège le code du travail,. C’est un projet clairement vers l’entreprise et sa capacité à créer à la fois du pouvoir d’achat, de la distribution de richesses et de l’emploi », se félicite Eric Woerth.

L’un des piliers du projet législatif des Républicains et de l’UDI porte sur l’augmentation du pouvoir d’achat des Français. « Il n’y aura aucune augmentation de la TVA et notre volonté est de baisser de 10% l’impôt sur le revenu », souligne Eric Woerth, critiquant la décision d’Emmanuel Macron d’augmenter de « façon massive et cachée » les impôts comme la CSG avec une facture finale de 20 milliards d’euros. « Cela touchera les retraités, les fonctionnaires, les professions libérales », note Eric Woerth ajoutant au catalogue des mauvaises surprises fiscales d’Emmanuel Macron, l’augmentation de l’impôt sur les contrats de vie, l’augmentation de l’imposition de l’immobilier « pour compenser la suppression peu efficace de la taxe d’habitation ».
Rappelant que Les Républicains et l’UDI voulaient à nouveau défiscaliser les heures supplémentaires, mesure que François Hollande et Emmanuel Macron avaient abrogée, Eric Woerth a insisté sur l’importance que revêtait pour tous les acteurs économiques la stabilité fiscale. « Dès l’été nous fixerons les règles du jeu et stabiliserons les règles pour rendre attractive la France », annonce le député-maire de Chantilly (Oise).
La restauration de l’autorité de l’Etat est également un grand enjeu dans le projet législatif des Républicains et de l’UDI. Eric Woerth en a rappelé les principales mesures : immunité zéro pour les délinquants ; construction de 16 000 places de prison en cinq ans ; augmentation de 10 000 policiers et gendarmes ; majorité pénale abaissée à 16 ans pour les mineurs récidivistes ; diviser par deux l’immigration avec vote par le Parlement d’un quota de migrants ; lutte contre le terrorisme…

« Le quinquennat qui s’ouvre doit être une réussite. Cette réussite va dépendre du projet que nous pourrons apporter à la France et aux Français. Ce projet prend en compte ce qu’ont dit les Français, pour plus d’ambition et d’équité », considère le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde pour qui « le débat présidentiel n’a pas eu lieu sur le fond et sur les valeurs ». Jean-Christophe Lagarde note d’ailleurs une « frustration de nos concitoyens de savoir comment on traite un certain nombre de grands sujets ».
Notre pays a « besoin de reformes qui ne soient pas floues. Il nous faut reconstruire un ascenseur éducatif, restaurer l’autorité de l’Etat, que l’Union européenne se reconstruise sur l’utile et que les efforts soient équitablement répartis », estime le président de l’UDI.

« Ce projet nous rassemble et prend en compte les résultats du 1er tour. Nous allons dans ce scrutin en ordre de bataille et nous y allons pour gagner en nous appuyant sur l’ancrage de nos candidats et de notre famille politique qui a été fortement renouvelée au lendemain des municipales de 2014 et des régionales de 2015», relève Christian Jacob, heureux que la campagne soit incarnée physiquement par François Baroin, épaulé par tous les présidents de régions, de départements mais également de tous les élus Les Républicains. Evoquant une « campagne de proximité qui sera rythmée par de grands meetings régionaux », Christian Jacob fixe un seul objectif : « être majoritaire le 18 juin prochain pour faire réussir la France ».