ATTENTAT DES CHAMPS ELYSEES : INDECENCE ET ELECTORALISME, SANCTIONNONS LA RECUPERATION POLITIQUE DU FN

Après l’attentat terroriste qui a coûté la vie d’un policier sur les Champs Elysées, Marine Le Pen a déclaré qu’il fallait fermer nos frontières nationales pour espérer endiguer ces menaces qui deviennent permanentes sur notre territoire. « La récupération politique de cette tragédie par Marine Le Pen est indécente » a commenté le député européen Renaud MUSELIER.

 Le député européen a ajouté : « Nous demandons à nos dirigeant de la réflexion, pas une politique de l’émotion ! La France serait doublement perdante si elle fermait ses frontières en sortant de Schengen. Non seulement cela ne résoudra en rien le problème du radicalisme islamiste qui se joue des frontières grâce à internet. D’ailleurs, les derniers attentats commis sur notre sol l’ont été par des Français…. Mais en plus, nous perdrions tous les avantages que nous offre l’Europe en matière de coopération des services de renseignements européens, d’institutions policières et de lutte contre le crime organisé. »

 Renaud MUSELIER a insisté sur ce point : « Il est inadmissible que Marine Le Pen, soi-disant candidate de l’apaisement, puisse exploiter ce drame à des fins électoralistes à deux jours du premier tour. Décidément, le FN persiste et signe. Les Français sanctionneront ce comportement irresponsable dimanche. »

Renaud MUSELIER, Député Européen, 21/04/2017

communication de B.Accoyer du 21 avril 2017

 

Chers amis,

À la suite de l’attentat terroriste, qui a frappé la capitale, revendiqué par l’Etat islamique et ayant conduit à la mort d’un policier et blessé deux de ses collègues, François Fillon a décidé de suspendre sa campagne électorale.

 

A nom des Républicains j’adresse mes sincères condoléances à la famille et aux proches de ce policier et mon soutien le plus total aux forces de l’ordre.

Je vous invite à regarder la vidéo de la déclaration solennelle qu’a prononcée François Fillon ce matin sur le site officiel Les Républicains et les réseaux sociaux.

Bien fidèlement,

 

Bernard Accoyer,

Secrétaire général des Républicains

ATTAQUES D’ERDOGAN CONTRE L’EUROPE: « TROP C’EST TROP, IL FAUT SANCTIONNER LA TURQUIE ! »

16 avril 2017, un point de non-retour est franchi dans le destin européen de la Turquie.
Si comme l’affirme le Président Recep Tayyip Erdogan, la victoire du « oui » au référendum visant à lui attribuer des pouvoirs sans précédent est historique pour la Turquie, celle-ci a plus un goût de défaite qu’autre chose. En effet, ce bouleversement signe, au moins provisoirement, l’arrêt de mort de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Plus qu’un simple vote, une rupture avec les valeurs européennes.
Alors que depuis plusieurs mois, sur fond de populisme, le nouveau Calife Erdogan multiplie impunément les attaques contre l’Union européenne, ce plébiscite autocratique est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : attribution des pleins pouvoirs, refus d’une intervention du Conseil de l’Europe dans le processus de vérification de la probité du référendum, proposition de retour à la peine de mort.

La Turquie n’est pas en position de contraindre l’Europe.
La Turquie n’a pas à menacer l’Europe de rompre notre accord si important sur les réfugiés. Le Président turc n’a pas à utiliser l’Europe comme un terrain de campagne pour son référendum personnel. Et aucun dirigeant digne de ce nom ne peut qualifier ses homologues de nazis pour quelque raison que ce soit. Certes, il s’agit d’un partenaire essentiel pour l’Union européenne. Mais il est inenvisageable que ce partenariat puisse perdurer dans telles conditions.

Monsieur Erdogan souhaite une rupture, offrons-la-lui.
L’Europe doit maintenant apporter une réponse forte aux menaces turques. Et cette réponse ne passera que par la suppression, jusqu’à nouvel ordre, de l’instrument d’aide à la préadhésion dont l’Etat turc bénéficie et auquel notre pays contribue. Car il est inimaginable que les contribuables européens déboursent les 4,5 Milliards d’euros programmés d’ici à 2020, pour un pays qui ne possède manifestement plus le désir, ni la capacité, d’intégrer notre continent et ses valeurs. Et en l’absence d’une réponse forte de l’Allemagne, premier destinataire de la diaspora turque en Europe, c’est à la France de prendre le leadership et ses responsabilités pour confronter le dirigeant turc à ses propres menaces. Je veillerai à ce que le prochain Président de la République française respecte cet engagement.

Le prochain Président de la République et l’Union européenne devront s’entendre avec la Turquie car ce sont nos voisins et nos alliés. Mais chacun doit savoir rester à sa place et à son niveau, sans arrogance, sans prétention, sans brutalité, mais avec bon sens.

Renaud Muselier, député Européen

Soutien à François Fillon, ce 20 mars 2017

Loin des mesurettes au saupoudrage électoral pour faire plaisir à une clientèle électoraliste, François Fillon se montre le seul candidat à proposer un programme à la hauteur des enjeux de demain. Son programme a une envergure innovante et sérieuse car il s’attaque aux réformes des structures même de l’Etat. Réformer pour refonder les bases des fonctionnements étatiques de notre démocratie, François Fillon propose la réduction de la dette publique et des prélèvements obligatoires loin d’être une charge pour les français. Il aura pour effet l’accroissement du pouvoir d’achat du panier de la ménagère. Mais pour cela il faut s’appuyer sur la réduction des déficits publics qui sont d’une ampleur telle que la dépense ne relancera jamais la consommation et restera contre productive. Supprimer les freins, à l’économie, à l’audace, à la création, et aux entreprises car ce sont bien ces dernières qui embauchent et pas les patrons ni le rôle de l’Etat providence. Ces freins, ces normes qui empêchent et qui nous privent de libertés, se sont accumulés au fil du temps et des législatures successives car notre monde a changé. La réforme de François Fillon n’est ni raisonnable ni une nécessité, mais bien une condition de survie pour nous tous, reposant sur la vision de la société et de son environnement. C’est dans la volonté de réformer et de supprimer ce qui bloque que l’Etat français retrouvera sa force à l’intérieur de ses frontières et son leadership sur la scène internationale.

LV

Soutien à François Fillon, ce 16 mars 2017

Son projet s’est construit depuis 36 ans. Il a mis 3 années pour le faire mûrir et le perfectionner. Vainqueur de la Primaire de la Droite et du Centre à plus de 4,5 millions de voix, il s’est vu refermer la porte de l’espérance. L’espérance de pouvoir se présenter à une élection souveraine pour le poste de chef de l’Etat français pour une durée de 5 années. Non pour lui même mais pour mettre en place les fruits de son travail et de ses réflexions. Le choix du changement c’est lui et lui seul qui pourra le provoquer. C’est pourquoi je propose, car personne n’a le droit d’empêcher un candidat à l’élection Présidentielle de se présenter, à chacun qui le désir de signer cette pétition pour les valeurs que vous souhaitez défendre. Vous la trouverez sur les réseaux facebook et twitter.

LV