» Ensemble, poursuivons notre mobilisation pour l’avenir de notre pays. Pour la France. « 

Chers Amis,

Je tiens tout d’abord à rendre hommage à votre engagement et à votre mobilisation exemplaires tout au long de cette campagne.

Comme vous, j’ai soutenu sans ambiguïté notre candidat car je considère que son projet était le meilleur pour l’avenir de la France.

Les Français se sont prononcés et, malgré leur désir d’alternance, ils ont décidé d’éliminer François Fillon dès le premier tour de l’élection présidentielle.

C’est une défaite d’autant plus cruelle que nous aurions dû gagner cette élection car jamais nos idées n’ont été aussi majoritaires dans notre pays.

Maîtriser la dépense publique, revaloriser le travail, défendre les classes moyennes, lutter contre le communautarisme, mener une guerre totale contre le terrorisme : c’est ce qu’attendent les Français.

Vous le voyez, ce ne sont pas nos idées que le peuple de France a rejetées mais bien le climat des affaires, qui nous a empêchés de faire campagne sur le fond.

Je ne crois pas aux consignes de vote. Les Français sont libres et quand on vient de subir une défaite il faut être modeste. Je souhaite que celles et ceux qui nous ont fait confiance ne votent pas pour Marine Le Pen car si le Front National devait l’emporter, je suis convaincu qu’il y aurait un chaos immédiat dans notre pays sur le plan économique et une profonde division de notre société. Certains exprimeront leur opposition en votant pour Emmanuel Macron, d’autres feront le choix du vote blanc. Cette diversité de choix doit être respectée.

Contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, il n’y a pas d’engouement du pays autour de Monsieur Macron : rarement sous la Vème République un candidat en tête a réalisé un si faible score au premier tour de l’élection.

Quand la fumée se dissipera, chacun découvrira le vrai visage de Monsieur Macron : une pâle copie de la gauche qui veut poursuivre inlassablement son travail de déconstruction de la France, dans le prolongement de François Hollande.

Je vous le dis sans détour : je ne sacrifierai pas nos convictions en participant à une coalition autour d’Emmanuel Macron.

Nous devons faire preuve de courage et rester fidèles à nos valeurs afin de proposer aux Français le programme d’alternance qu’ils espèrent.

Vous l’avez compris, ma seule priorité aujourd’hui, c’est l’unité de notre famille politique pour gagner les élections législatives des 11 et 18 juin prochains.

Je crois au sursaut de la Droite et du Centre : l’alternance est encore possible.
Ensemble, poursuivons notre mobilisation pour l’avenir de notre pays. Pour la France.

Vous pouvez compter sur toute ma détermination.

Soutien à François Fillon, lundi 24 avril 2017

Il est inutile de brimer et descendre le gagnant de la Primaire de la Droite et du Centre au motif qu’il est resté sincère et qu’il a continué jusqu’au bout.

Le candidat à la Présidentielle 2017 a décidé de ne pas s’arrêter en cour de route. C’était le choix de sa seule compétence.

Peut être était il trop tard ? Peut être que nous ne connaissons pas encore tous les paramètres qui ont conduit à ce choix ? Fallait il, ne fallait il pas ? Seul le temps et le recul de l’histoire trouveront ils un jour la réponse pour dire si c’était la bonne décision à prendre.

Il est inutile de le juger car il a été porté par l’espérance d’un peuple, celui de la Droite et du Centre réunis.

Il est inutile de le juger car sa candidature a fédéré tous les militants dans une seule famille, rassemblés à l’unissons pour soutenir et porter notre candidat.

Le candidat à la Présidentielle, a combattu comme un lion, dans l’arène de la campagne, malgré les embâcles, malgré les obstacles, malgré les coups bas, et malgré le résultat.

Mais avec brio et avec le panache qui émanent de sa personnalité.

Aujourd’hui est un nouveau jour avec de nouveaux horizons. Il faut revoir, réformer la stratégie, et la poursuite, pour rester et former la 1ère force d’opposition et du redressement national que la France ait connue : les législatives.

Monsieur Fillon vous êtes un grand Monsieur, mais vous n’êtes plus un homme politique, vous êtes beaucoup plus.

Vous êtes un Homme d’Etat.

LV

Déclaration de François Fillon, dimanche 23 avril 2017

Mes chers compatriotes,

J’assume mes responsabilités. Cette défaite est la mienne et c’est à moi, et à moi seul, qu’il revient de la porter. J’adresse à tous ceux qui ont voté pour moi, à tous ceux qui depuis 4 ans me soutiennent avec dévouement et avec courage, un message d’amitié et de reconnaissance.
De tout coeur merci,

François Fillon

Il faut faire bloc contre Marine Le Pen

« Les Français ont tranché et ont décidé ne pas reconduire les deux partis traditionnels de gouvernement au second tour de cette élection présidentielle. C’est évidemment une terrible nouvelle pour ma famille politique et pour notre pays. Cette débâcle démontre une volonté de changement et de renouvellement de la classe politique : c’est le choix des Français, à nous de le respecter et d’en assumer les conséquences. Je reste pour autant persuadé que nous avons fait une grave erreur en nous laissant imposer des primaires qui ont conduit notre parti politique dans cette impasse » a commenté le député européen Renaud MUSELIER au soir du premier tour de la présidentielle.

« S’affrontent donc deux candidats avec lesquels je ne partage pas la même vision de la France. Avec Emmanuel Macron, nous avons évidemment des divergences idéologiques. Mais quand il est possible de négocier et de discuter avec le candidat « En Marche ! », nous constatons quotidiennement avec Christian Estrosi à la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, que les divisions qui nous opposent avec le Front national sont totalement irréconciliables. »

 

Le député européen a ajouté : «  Il faut donc faire bloc contre Marine le Pen car le redressement de la France ne peut que passer par l’Europe et la monnaie commune. Et je refuse de laisser la France signer son arrêt de mort en quittant l’Union européenne comme le propose Marine le Pen. »

Renaud MUSELIER, député européen 23/04/2017

Soutien à François Fillon, ce samedi 22 avril 2017

Demain, dimanche 23 avril, nous allons voter à l’élection présidentielle pour choisir le prochain Président de la République Française pour les 5 années à venir. Le choix doit être ferme dès le 1er tour car tout sera joué avec l’impossibilité de revenir en arrière. Tout se joue dès le 1er tour et celui qui ne va pas voter ne pourra pas par la suite venir se plaindre ou réclamer. Pour ma part je considère que le meilleur candidat est celui qui redonnera un cap à la France pour redonner de la confiance. Cette confiance doit concerner tous les domaines et tous les secteurs d’activité pour que les français ne soient pas mis à l’écart des fruits de la croissance et de l’emploi. Nous aspirons tous à avoir une meilleur vie que nos aînés. C’est pourquoi je renouvelle ma confiance auprès de notre candidat François Fillon qui est le seul, aujourd’hui, à pouvoir relever les défis de la société française et plus simplement ceux que nous vivons tous les jours. Votons, votons #FrançoisFillonPresident.

LV

Le projet de François Fillon : un projet pour la France et pour les français.

Notre pays a une demande de liberté, d’autorité et de fierté. Je suis porté par ce message. L’état d’urgence est partout, économique, social, financier, écologique, européen, militaire aussi, face au totalitarisme islamique. Le temps n’est plus aux demi-mesures. Mon projet est puissant et conquérant : c’est celui du redressement national. Il est réaliste et sincère, il ne cède pas à la démagogie et aux illusions ; son financement est cadré. Je l’ai bâti avec un millier de contributeurs, acteurs de la société civile, parlementaires et experts. Mon objectif est clair : je veux que nous retrouvions le plein emploi et que dans 10 ans la France soit la première puissance européenne. L’urgence est de libérer notre force économique qui étouffe sous les normes et les charges. Cette libération sera le tremplin de l’emploi. 

François Fillon, jeudi 20 avril 2017

ATTENTAT DES CHAMPS ELYSEES : INDECENCE ET ELECTORALISME, SANCTIONNONS LA RECUPERATION POLITIQUE DU FN

Après l’attentat terroriste qui a coûté la vie d’un policier sur les Champs Elysées, Marine Le Pen a déclaré qu’il fallait fermer nos frontières nationales pour espérer endiguer ces menaces qui deviennent permanentes sur notre territoire. « La récupération politique de cette tragédie par Marine Le Pen est indécente » a commenté le député européen Renaud MUSELIER.

 Le député européen a ajouté : « Nous demandons à nos dirigeant de la réflexion, pas une politique de l’émotion ! La France serait doublement perdante si elle fermait ses frontières en sortant de Schengen. Non seulement cela ne résoudra en rien le problème du radicalisme islamiste qui se joue des frontières grâce à internet. D’ailleurs, les derniers attentats commis sur notre sol l’ont été par des Français…. Mais en plus, nous perdrions tous les avantages que nous offre l’Europe en matière de coopération des services de renseignements européens, d’institutions policières et de lutte contre le crime organisé. »

 Renaud MUSELIER a insisté sur ce point : « Il est inadmissible que Marine Le Pen, soi-disant candidate de l’apaisement, puisse exploiter ce drame à des fins électoralistes à deux jours du premier tour. Décidément, le FN persiste et signe. Les Français sanctionneront ce comportement irresponsable dimanche. »

Renaud MUSELIER, Député Européen, 21/04/2017